La situation du CHSLD Herron, où 31 personnes âgées sont décédées en l'espace d'un mois dans des conditions déplorables, a bouleversé le Québec. Alors que le gouvernement multiplie les mesures pour éviter que le scénario ne se reproduise dans d'autres résidences, un recours collectif de deux millions de dollars contre le CHSLD Herron a été déposé.

La demande, obtenue par Narcity, a été intentée par Barbara Schneider, dont la mère, Mary Schneider, était résidente de ce CHSLD privé de Dorval. Âgée de 93 ans, Mme Schneider est décédée dans la résidence le 10 avril dernier, après avoir contracté la COVID-19.

La requête, déposée contre le CHSLD Herron, son propriétaire, le groupe Katasa, et des entités affiliées, réclame deux millions de dollars en dommages punitifs pour « avoir abandonné les résidents et avoir fait preuve d'un mépris de leur vie, leur santé, leur dignité et leur bien-être en les soumettant à de mauvais traitements inhumains et dégradants ».

Le recours collectif réclame également 25 000 $ pour chacune des 130 personnes qui logeaient au CHSLD Herron au 13 mars 2020. Un 25 000 $ additionnel est demandé pour les héritiers des résidents décédés, ainsi que le remboursement des loyers de mars et d'avril.

La poursuite demande aussi 10 000 $ pour les familles de chaque résident, en raison de « l'angoisse causée par la souffrance et/ou la perte d'un être cher » dans cette situation. 

Dans le document de l'action collective, on rappelle les conditions dans lesquelles les aînés de la résidence ont été retrouvés. Plusieurs étaient dénudés, malnourris et déshydratés, et certains étaient laissés à l'abandon dans leurs excréments. D'autres ont été retrouvés morts.

Barbara Schneider explique qu'après l'interdiction de visite en résidences pour aînés émise par Québec le 14 mars, les communications avec le CHSLD Herron se sont détériorées. Il était impossible de parler au personnel ou à sa mère.

Le 8 avril, Mme Schneider est informée que sa mère est atteinte de la COVID-19, et le jour suivant, constate lors d'une vidéoconférence son état émacié et déshydraté. Elle est décédée le jour suivant.

Le recours collectif, déposé par le cabinet Kugler Kandestin, doit désormais être approuvé par un juge pour aller de l'avant.

Une enquête judiciaire a également été ouverte pour déterminer ce qui s'est passé à la résidence.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications