Un Canadien condamné à mort en Chine n’a pas reçu de nouveau verdict au terme de son procès en second appel aujourd’hui. Le verdict sera annoncé ultérieurement. Il s’est vu infliger la peine capitale en janvier pour une affaire de trafic de drogue.

Robert Lloyd Schellenberg avait d’abord été condamné à 15 ans de prison en novembre 2018 pour ensuite se retrouver avec la peine de mort lors d’un premier appel. L’homme de 36 ans, arrêté en 2014, a été accusé d’avoir voulu expédier 222 kilos de méthamphétamine en Australie. Il a toujours affirmé être un simple touriste. Il était entendu jeudi dans la ville de Dalian, dans le nord-est du pays.

Quatre ans se sont écoulés entre son arrestation et sa première condamnation à 15 ans de réclusion. Pour son deuxième procès, il a écopé de la peine de mort la même journée.

« Certains ont noté que l’avocat de Robert Schellenberg avait été fréquemment interrompu par le juge lorsqu’il essayait de réfuter certains des nouveaux éléments à charge. Il a également été limité à plusieurs reprises dans le nombre de questions qu’il était autorisé à poser aux témoins sur chaque sujet », rapportait Amnistie Internationale en janvier dans une lettre adressée au procureur général Zhang Jun en Chine.

Brittany Fletcher, une porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, a souligné cette semaine qu'Ottawa était « extrêmement préoccupé par le fait que la Chine ait choisi d'appliquer la peine de mort, une peine cruelle et inhumaine » et que le Canada continuera à demander la clémence pour Robert Schellenberg, selon TVA.

Certains considèrent que cette peine appliquée à un Canadien est une représaille face à l’arrestation d’une dirigeante de Huawei à Vancouver. La justice américaine l’accuse de complicité de fraude, ce que la dirigeante dément.

Le procès en appel d’aujourd’hui a eu lieu seulement quelques heures après l’audition de Meng Wanzhou au Canada.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter