Deux tristes événements se sont produits en fin de semaine alors que deux fusillades ont eu lieu aux États-Unis, à moins de 24 heures d'intervalle. Quelques 30 personnes ont perdu la vie et plus de 50 autres ont été blessées.

La première tuerie s'est produite dans un Walmart d’El Paso, au Texas. Un homme de 21 ans a tué 21 personnes et en a blessé 26 vers 10h samedi matin avec une arme d'assaut, et des enfants font partie des victimes. Il a été arrêté et les policiers soupçonnent un crime de nature haineux envers les hispaniques. Cette ville américaine est d'ailleurs frontalière avec le Mexique.

Le suspect, Patrick Crusius, est originaire d'une ville près de Dallas, à 9 heures de voiture de El Paso. Il a été inculpé pour meurtres et risque la peine de mort, selon Radio-Canada.

Le gouverneur de l'état du Texas, Greg Abbott, a déclaré qu'il fallait « prier Dieu pour les victimes et que tout serait mis en place pour supporter leurs familles. »

Il se fait toutefois critiquer sur le web et se fait traiter de complice à la tuerie, car il est pro-armes et qu'il a déploré auparavant que le Texas ne soit pas le premier état à avoir le plus d'armes aux États-Unis.

La deuxième fusillade s'est produite dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1h du matin, en Ohio. Une homme blanc, âgé de 24 ans, a abattu 9 personnes dans la ville de Dayton. Il était muni d'un fusil automatique et il portait un gilet pare-balles. Le tireur, Connor Betts, a fait 27 blessés, dont certains sont dans un état critique.

Il a été abattu par les policiers environ une minute après l'attaque. Il avait essayé d'entrer dans un bar, le Ned Peppers Bar. Sa propre soeur de 22 ans fait partie des victimes. Les autres victimes sont trois femmes noires et trois hommes noirs, ainsi que deux hommes blancs. Les forces de l'ordre ne savent toujours pas pourquoi il a commis ce geste.

Au lendemain de ces tragédies, le président américain Donald Trump suggère maintenant de mieux encadrer la vente des armes à feu, tout en appelant les démocrates et les républicains à s'unir pour faire une réforme sur l'immigration.

Cette remarque a grandement fait réagir les internautes. Ceux-ci dénoncent que Trump se sert de ces deux fusillades pour faire passer son projet anti-immigration et que ces tristes événements n'ont rien à voir avec les immigrants dits illégaux.

Le président américain s'est d'ailleurs adressé à la nation ce matin. « C'est un crime contre l'humanité », a-t-il mentionné dans la conférence de presse qui peut être visionnée sur CBS News.

Le Federal bureau of investigation (FBI) enquête sur ces deux affaires.

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications