En août 2019,  la Fédération internationale de canoë (ICF) a demandé un test d'urine de la part de la canoéiste québécoise, Laurence Vincent Lapointe, 13 fois championne du monde dans sa discipline. Ces tests ont révélé les traces de Ligandrol, une substance alternative aux stéroïdes qui est sous le radar des agences d'antidopage. La Québécoise s'était immédiatement vue imposer une suspension provisoire en attendant davantage de tests. Eh bien, en ce 27 janvier 2020, elle vient d'être blanchie de ces accusations par l'ICF.  

La fédération a rendu son jugement en mentionnant qu'elle a accepté les dires de l'athlète, selon lesquels elle n'aurait pas pris la substance de son gré. 

En effet, la contamination se serait plutôt faite par l'entremise de son ex-conjoint, qui lui, aurait consommé la substance dopante avant de lui transmettre par l'échange de fluides corporels. 

« Après avoir étudié les éléments de preuve scientifique fournis par l’équipe juridique de Mme Vincent Lapointe, et compte tenu de l’infime quantité de ligandrol relevée dans l’échantillon de l’athlète, l’ICF reconnaît que Mme Vincent Lapointe n’a pas sciemment consommé cette substance illégale », mentionne l'ICF par voie de communiqué.

La sportive de Trois-Rivières pourra donc retourner à la compétition et à l'entraînement avec l'équipe canadienne. Cette nouvelle arrive juste avant les Olympiques de Tokyo qui auront lieu au Japon en juillet prochain. 

Elle s'est d'ailleurs adressée aux médias ce matin, à Trois-Rivières, lors d'une conférence de presse.

La canoéiste affichait un grand sourire et semblait très heureuse de la décision. Elle va même jusqu'à dire que c'est sa plus grande victoire jusqu'à maintenant, rapporte Sébastien St-Onge, journaliste pour Radio-Canada. 

Depuis le 13 août 2019, l'athlète n'avait pu s'entraîner avec l'équipe nationale ou participer à quelconque compétitions de canoë.

Après de multiples tests positifs sur elle et son conjoint de l'époque, elle avait continué à clamer qu'elle n'avait jamais consommé de ligandrol. 

La substance n'a d'ailleurs jamais été relevée dans ses suppléments.

Suite au faible taux trouvé dans son organisme, comparé à celui plutôt élevé de son ex-conjoint, et de son tribunal arbitral par l'ICF, elle pourra finalement se concentrer sur sa qualification pour les prochains Jeux Olympiques. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications