Les amateurs de football du Québec vivaient dans l'incertitude depuis un certain temps, alors que plusieurs rumeurs entourant la vente des Alouettes de Montréal circulaient dans les médias. Finalement, surprise pour pratiquement tout le monde, ce sont 2 hommes d'affaires ontariens qui ont mis la main sur l'équipe. Par contre, bien avant que cette entente ne soit paraphée, quelqu'un de bien connu au Québec, Olivier Primeau, voulait devenir propriétaire de l'équipe. 

En effet, l'homme derrière le Beachclub, le festival Metro Metro, la boisson Beachday Everyday et plus encore aurait rencontré Patrick Boivin, président et directeur général de l'équipe à l'époque, afin de lui faire connaître son désir d'acheter les Alouettes. 

Par contre, Boivin lui aurait clairement indiqué que cela serait impossible. 

Après l'annonce officielle de la vente de l'équipe montréalaise, ce lundi 6 janvier, Primeau a réagi via ses réseaux sociaux. Il semble avoir de la difficulté à digérer toute cette histoire. 

« Histoire vraie. 2-3 semaines avant la Coupe Grey, je suis allé m’asseoir dans le bureau de Patrick Boivin, qui était le président des Alouettes à l’époque, et je lui est dit mots pour mots " Je veux acheter l’équipe, comment ça fonctionne ? " Il m’a regardé et il est parti à rire et m'a dit que le deal était presque fait et qu’il n’y avait aucune chance que ça fonctionne avec moi. Aujourd’hui, 2 gars de Toronto qui ne savaient même pas que les Alouettes étaient à vendre avant la game de la Coupe Grey achètent le club.

Pas facile pour un jeune de se faire prendre au sérieux parce que j’ai un style qui sort de l’ordinaire pour le Québec inc... Mais aux dernières nouvelles, à part mes prédictions sur le CH, je réussis bien », peut-on lire dans la publication d'Olivier. 

Bref, selon ses dires, on ne l'aurait pas pris au sérieux du tout du côté des Als, et ce, malgré son désir de faire revivre la frénésie du football à Montréal. 

Il faut avouer que la transaction s'est conclue assez rapidement et de manière inhabituelle. En effet, les deux hommes d'affaires de l'Ontario, Sidney Spiegel et Gary Stern, n'auraient eu l'idée d'acheter l'équipe que lorsqu'ils regardaient le match de la Coupe Grey, le 25 novembre dernier. 

Primeau se serait donc fait refuser l'opportunité sans qu'un accord sérieux et véridique n'ait été fait avec un autre acheteur. 

D'ailleurs, quelques détails concernant cette rencontre entre lui et le PDG à l'époque, Patrick Boivin, ont été avancés par Tony Marinaro, animateur radio au TSN AM 690.

Celui-ci indique que Boivin souhaitait que l'entente avec le groupe Claridge, qui voulait apparemment acheter les Alouettes, soit conclue. 

Patrick Boivin, depuis, a été démis de ses fonctions. En effet, c'est la Ligue canadienne de football elle-même qui aurait pris cette décision. Il était avec l'équipe montréalaise depuis décembre 2016.

Les nouveaux propriétaires ne proviennent pas du milieu du sport, mais disent en être de grands passionnés. Ils assurent que cette acquisition ne vise pas à faire de l'argent, mais à rassasier les sportifs en eux. De plus, leur plan permettrait à l'équipe de se remettre sur pied d'ici trois ans. 


Il y a des histoires partout! Si tu as un scoop à partager, envoie-nous un message, une vidéo ou une photo à @Narcityquebec sur Instagram ou Facebook.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter