Je te raconte ouvertement ma « date » la plus désastreuse à ce jour - Narcity

Je te raconte ouvertement ma « date » la plus désastreuse à ce jour

Un souvenir que j'espère un jour oublier...

Je vais aujourd'hui partager une histoire avec toi qui a beaucoup fait rire mes amis le jour où je l'ai fait avec eux. 

Ça s'est passé un beau soir d'été, j'avais alors 22 ans (j'essaie d'installer une ambiance ici). Je travaillais alors dans un bar assez populaire du Vieux-Montréal, et j'y rencontrais de belles personnes (inside/out). 

À plusieurs reprises, il y avait ce garçon d'au moins 6"3 (je mesure 5"2) qui venait me voir à mon bar et j'étais très impressionnée par lui. Et puis un soir, en rentrant à la maison, j'ai reçu une demande d'ami sur Facebook. Tu le devineras, c'était l'homme géant (ceci sera son nom anonyme pour le bien de la cause). 

Via gilleslambert

Nous avons alors commencé à se parler ci et là et il était très charmant. Alors qu'on se proposait mutuellement des idées d'endroits où sortir pour notre première date officielle, j'ai suggéré le spa (j'avais une semaine de fou et j'avais besoin de relaxer). Il a accepté. 

Le jour J, l'homme géant me dit qu'il n'a pas de véhicule et qu'il apprécierait que je passe le chercher. J'accepte, mais je lui dis que je dois passer au bar où on s'est rencontré aller récupérer quelque chose, tant qu'à passer par là (il habite juste à côté).

Et c'est là que tout commence à partir en couille.

Quand j'arrive, la première chose qu'il me dit c'est que « c'était donc bien long ». Oui jeune homme, y'a du trafic au centre-ville. Tu pouvais aussi venir me rejoindre au bar si tu voulais. Ah pis, ça fait plaisir de faire ce détour pour venir te chercher. 

Bref, j'me dis que c'est pas grave, pis je commence à essayer de jaser. Lui aussi travaille dans le milieu de la restauration et je parle avec lui d'un sujet qui cause beaucoup de débats dans ce milieu : le pourboire. Je vais t'éviter les détails, mais en gros il est pas d'accord avec ce que je dis et on se chicane. Oui oui, on se chicane 5 minutes après qu'il ait mis les pieds dans ma voiture. 

On essaie les deux de changer de sujet et je lui confie le rôle de tout bon copilote : me guider vers la destination. Il accepte et prend donc son rôle très à coeur. TOURNE ICI! VA LÀ! HEY HEY HEY ICI! Bref, on a passé proche de mourir 10 fois, pis ça aurait sûrement moins été pénible que le reste de notre soirée. 

Ça, c'est sans parler des remarques qu'il faisait sur le bruit de mes pneus. Sérieux dude? Est où ta voiture, toi? 

On arrive finalement, et y'a une pas pire file d'attente. Il se met alors à chialer à voix haute et je sais littéralement plus où me mettre. Ça te tente pas de te détendre pis qu'on apprenne à se connaître? J'essaie donc de parler avec lui et le sujet le plus nice qu'il a trouvé c'était les glissades d'eau. Il m'en a parlé au moins 20 minutes, en me décrivant comme du monde chaque glissade et à quel point c'est malade... Si j'avais un petit frère, il parlerait sûrement comme lui. 

@frederiquedfembedded via

Après une attente qui me parue interminable, on arrive finalement au comptoir. La dame demande si on a une réservation et il répond que oui (WHAT? POURQUOI?). L'homme géant nous a réservé un massage... How sweet! Ouais, sauf que je devais me payer le mien. -100$ pour une date pénible... De mieux en mieux. 

On se rend dans les vestiaires et j'ai un réel rire nerveux. J'écris à ma meilleure amie et je dépose mon téléphone dans mon casier. Rendu là, plus rien peut me surprendre. Je le rejoins et on a les discussions les plus vides de sens que j'ai jamais eues. À un certain moment, j'arrête d'essayer, j'le laisse parler tout seul. 

On va se faire masser (hallelujah, enfin un break) et il me suggère d'aller prendre un verre de vin après. J'accepte, j'me dis que tant qu'à vivre autant de malaises, pourquoi ne pas les vivre ivres. Pis au moment où je veux me commander un sandwich, il me demande de prendre le trio, parce qu'il est down de manger les petites salades d'accompagnements (Oh... my... god). 

F*ck le vin, je bouffe ma sandwich pis on s'en va. Sur le chemin de retour, un grand silence s'installe (pis c'est tant mieux). Et mesdames et messieurs, une fois arrivés chez lui, qu'est-ce qu'il me dit? 

« C'est plate j'aurais aimé ça qu'on aille prendre un verre. » 

Non mon ami, aucun rapprochement ne sera possible entre nous deux. On est tout ce qu'il y a de plus incompatible sur terre. Bonne nuit. Adieu. 

Partager sur Facebook

Poursuis ta lecture

On te recommande

Louvia Lafrance