Je dois d’emblée te dire que je suis la pire bibitte à sucre qui existe. Tu fais peut-être aussi partie de la famille-non-officielle des gens qui mangeraient du chocolat pour déjeuner et si c’est ton cas, tu vas comprendre que 10 jours sans sucre, ça peut avoir l’air banal... mais c'est intense.

via GIPHY

Le processus est parti d’une discussion avec une amie alors qu’on constatait que le sucre, ça crée vraiment une dépendance. J’ai donc décidé de tester ma volonté en coupant les produits sucrés de mon alimentation pendant 10 jours. Je n’ai pas poussé le zèle jusqu’à couper TOUT ce qui contenait du sucre (fruits, pain, ketchup, et plein d’autres: la liste est longue) mais j’ai évité les sucreries entre les repas, les desserts, les collations et les déjeuners sucrés.

Ça va soit te convaincre de JAMAIS faire ça maudite-folle-je-veux-pas-couper-le-sucre-es-tu-malade ou te donner le goût de l’essayer.

via GIPHY

Jour 1: Voir de la tentation partout

Le premier jour avait bien commencé jusqu'à ce que, arrivée au bureau, un gentil monsieur qui travaille dans les mêmes locaux que Narcity nous offre tous des crêpes, moi y compris. J’ai réussi de peine et de misère à décliner et je me suis senti déçue tout l’avant-midi d’avoir refusé des crêpes. Je sais, c’est un peu intense mon affaire.


Jour 2 : Se répéter qu'il faut résister

J’ai failli flancher alors que je suis passée devant le Starbucks et que j’ai vu leur Frappuccino au S’mores mais j’ai résisté. La journée s’est bien passée mais j’ai CONSTAMMENT eu envie de manger des bonbons.


Jour 3: Trouver des alternatives

Avant de partir pour le bureau, j’ai pensé à mon affaire. Pas folle la fille, j’ai rempli mon sac de fruits pour me donner des armes en cas de rage de sucre. Banane, melon d’eau, pêche et fraises. Ça a effectivement vraiment aidé et ça a satisfait mon envie de sucre.


via GIPHY

Jour 4: Être fière de l'accomplissement

La journée s’est relativement bien passée. J’avais un souper avec des amies au Méson et même si tout le monde s’est commandé du dessert, j’ai réussi à résister à leur gâteau au fromage. #proud


Jour 5: Se sentir libérée d'une sorte de dépendance

C’est honnêtement au jour 5 que j’ai commencé à me sentir un peu plus libérée du sucre. T’sais le craving d’en manger à toutes les minutes, je n’l’ai pas ressenti. Je n’ai même pas regardé le Nutella dans le garde-manger en me faisant une toast le matin.


Jour 6: Apprendre à aimer les alternatives

J’étais contente de me couper des fruits pour ma collation. Pas déçue pantoute.


Jour 7: Survivre à une grosse journée

J’ai été active, j’avais une grosse journée physique et j’avais peur de manquer d’énergie. Mais avec plusieurs collations comme des noix et des fruits, j’ai réussi facilement à passer au travers de ma journée sans sentir de fatigue une seule fois.


via GIPHY

Jour 8: Être un peu trop YOLO

Je suis allée au cinéma et devant le comptoir pour commander le pop-corn de mon chum, et je n’ai pas pu résister au gros sac de M&M que j’ai mangé presque au complet devant le film.

Défi raté et une fin de soirée à avoir mal au cœur.


Jour 9: Rêver à la fin

Au jour 9, je commençais à m’exciter de la fin de mon défi. En partie parce que j’étais fière mais surtout parce que je prévoyais déjà d’acheter toutes les sucreries du monde pour fêter la fin (genre manger juste le glaçage d’un gâteau McCain, AWW YESS). Help.


Jour 10: Être testée de façon violente

Des fois, la vie teste nos limites on dirait. Dernier jour de mon 10 jours sans sucre, une collègue a visité la Diperie et a eu la gentille idée de nous rapporter de la pâte à biscuit. Un vrai supplice. Ça sentait le ciel. J’ai quand même résisté mais, j’ai failli pleurer. Pour vrai.


via GIPHY

Expérience globale:

Couper le sucre de mon alimentation m’a vraiment donné un coup de pouce et je ne sens plus que j’en ai BESOIN. Je suis satisfaite avec mes collations de fruits et ne cherche plus automatiquement à manger un dessert après chaque repas.

Je n’ai pas maigri si tu te demandes, je me sens juste moins dépendante.

Je continue d’ailleurs à essayer de diminuer le sucre, mais ça reste un plaisir auquel je veux m’adonner. La différence, c’est que c’est une fois de temps en temps de façon raisonnable et non pas systématiquement à chaque repas de la journée et de façon démesurée.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter