T'es parti sans me dire la fin de notre histoire

Tu l'as jetée à la poubelle sans même la terminer.

Pendant tellement longtemps, j'ai cru qu'on devait avoir « the talk » pour passer à autre chose. Cette conversation rétrospective où on met le doigt sur le moment où tout a chaviré. À la limite un moment passionnel où on se dit au revoir. 

Tu étais comme un livre auquel on m'avait arraché le dernier chapitre. C'était injuste, voire même cruel. L'histoire n'a pas nécessairement besoin de bien finir; je ne lisais pas un compte de Disney. Mais l'histoire a besoin d'avoir une fin, une conclusion, un point final, et enfin une page blanche à la fin qui nous donne de l'espoir. Cette page qui nous fait réaliser que ce n'est pas fini, qu'on peut commencer une nouvelle histoire. Notre nouvelle histoire.

Mais toi, ça a l'air que tu ne comprends pas ça. Ça a l'air qu'un beau matin tu t'es levé et t'as décidé que l'histoire ne t'intéressait plus. Tu l'as jetée à la poubelle sans même la terminer.

Comment est-ce possible de partager autant de moments avec quelqu'un, et d'un jour à l'autre, juste tourner la page sans même boucler la boucle? Sans même donner d'explications. C'est facile d'offrir son corps à quelqu'un, mais nous, c'était pas seulement physique. C'est nos âmes qu'on mettaient à nu, et ça, ce n'est pas un petit déboutonnage qui permet de le faire.

On passait des heures à faire vivre nos plus beaux souvenirs à l'autre, mais aussi à parler de nos plus grandes peurs. Des choses qu'on n'avait jamais osé dire aux autres, mais qui sortaient tellement naturellement quand on était ensemble.

Via melodialuna

C'était évident que ça ne durerait pas. Cette histoire était trop passionnelle pour durer. On s'aimait tellement fort. Avec nous, c'était noir et c'était blanc. C'était le bonheur et la souffrance. Le problème, c'est qu'aucun bonbon était assez sucré pour couvrir le goût amer que tu me laissais parfois dans la bouche. 

La vérité, c'est que « le talk » qui met fin à l'histoire ne changera pas ce qui s'est déjà passé. Il ne retournera pas le temps et n'effacera pas toutes les choses blessantes que t'as pu me dire alors qu'on était en total désaccord. « Le talk », on le voit tous comme un espoir de régler les choses ou même terminer le tout en paix et laisser ça derrière nous. Quelle foutaise.

La vérité, c'est que je réalise que peu importe la conversation qu'on aurait pu avoir, je ne voulais pas l'avoir pour fermer le livre. Je voulais l'avoir pour relire les premiers chapitres, continuer à vivre dans l'illusion que les papillons ne sont pas morts à coup de souvenirs. 

Et si on avait pas vraiment besoin de l'autre pour boucler la boucle? Et si j'avais eu tort de te trouver égoïste? 

Pendant tellement longtemps, j'ai cru qu'on devait avoir « the talk » pour passer à autre chose. Aujourd'hui, je réalise que les relations peuvent se terminer par une introspection seulement.

Via Iokisiz

Je n'ai pas besoin de m'aveugler et de remettre le tout en question avec une conversation qui tourne autour des « si ». Parce que le conditionnel n'existe pas en amour.  

Par-dessus tout, je n'ai pas besoin de toi pour tourner la page. Pas besoin de savoir pourquoi je n'étais pas assez bien pour la personne avec qui je ne suis pas « meant to be ».

J'ai seulement besoin de faire un pas vers l'arrière, et réfléchir à la morale de l'histoire, pour en découvrir des plus belles dès que j'aurai la force de rouvrir un livre. 

Poursuis ta lecture

Partager sur Facebook

On te recommande

Izabelle Bee Carbure à la caféine, attend toujours sa lettre de Poudlard et a toujours un agenda plus chargé que le nombre d'heures dans une journée.