Une première pour la téléréalité québécoise a été annoncée lors de la présentation des candidats d’Occupation Double Afrique du Sud. En effet, pour la première fois, une femme trans s’est présentée et a été sélectionnée pour faire partie de l’aventure dans cette émission dont le but est de trouver l’amour. Vu l’aspect jusqu’à maintenant très hétéronormé de cette émission dans laquelle les hommes et les femmes sont censés trouver un partenaire du sexe opposé, le fait d’avoir Khate Lessard, une femme ouvertement trans soulève certainement plusieurs questions, pas nécessairement sur la légitimité de sa présence à cette émission puisqu’après tout, elle est une femme, mais plutôt par rapport aux réactions des candidats.

De plus, malgré un accueil tout de même très positif de la nouvelle par le public, il reste que beaucoup de réactions ont été négatives et même transphobiques. Cela dit, c’est surtout l’inconnu, l’incompréhension et le manque de connaissance sur le sujet de la transsexualité qui pousse la société québécoise à se questionner sur les impacts et les risques qu’implique la présence de Khate dans l’aventure OD.

Que sa présence soit louée en tant que première présentation trans dans un tel média, critiquée à cause de cette identité trans ou qu’elle crée une crainte pour sa sécurité, une chose est claire, elle met de l'avant-plan la cause trans en secouant les masses.

Pour aider à mettre en perspective l’impact de la présence de Khate Lessard à Occupation Double il est important de s’informer sur le sujet trans.

Sans prétendre être un article qui explore en profondeur les réalités des personnes trans, voici quelques connaissances de base tirées de recherches sur le sujet ainsi qu’une entrevue avec Jenni Lang, une femme trans qui s’implique activement dans la représentation des personnes trans dans les médias et dans le quotidien.

Sexe, genre, sexualité : trois entités distinctes.

Afin de comprendre le large spectre de l’identité trans, il faut comprendre la distinction en sexe, genre et sexualité.

Sexe = attributs biologiques, organes mâles/femelles.

Genre = attribut culturel, social, construit sur le féminin et le masculin. Comment la société caractérise par une identité construite chacun des sexes.

Orientation sexuelle/sexualité = attirance et préférence en termes de désir.

Notre société a longtemps été divisée en deux identités aux caractéristiques bien définies. La femme, avec l’organe féminin, l’homme, avec l’organe masculin et chacun avec un genre et une orientation sexuelle définis par leur organe sexuel.

La meilleure façon de l’expliquer serait de prendre en exemple des showers de bébé. Alors que l’enfant n’est même pas encore né, dès qu’on sait que son sexe est mâle, son identité de genre est immédiatement établie. Ce sera un garçon, qui aime le bleu, les camions et éventuellement, les femmes.

S’il est vrai que de nos jours, nous sommes plus ouverts à accepter que l’orientation sexuelle ne soit pas dictée par le sexe et que le genre ne dicte pas les intérêts des individus dans la vie, la séparation sexe et genre est encore difficile à accepter.

 

Jenni Lang est une femme trans active dans la communauté LGBTQ+. Elle est Ambassadrice LGBTQ+ et ambassadrice TRANS pour la F1. Elle a également une chaine YouTube dans laquelle elle parle de sa réalité en tant que personne trans et aide ainsi à informer la population sur le sujet. Elle va d’ailleurs elle-même bientôt apparaitre dans l’émission Rire sans tabous, elle s’implique donc dans la représentation trans dans plusieurs médias et organismes.

Être trans, ça veut dire quoi?

Selon Jenni, être trans ne veut pas dire la même chose pour tous, autant que l’association sexe/genre peut être très importante pour l’identité d’une personne trans, elle peut également être complètement ignorée. Ainsi, pour certaines personnes trans, l’opération du sexe est indispensable à leur identité de genre tandis que pour d’autre, l’organe n’affecte pas leur identité, car ils les dissocient complètement, rendant inutile une opération de changement de sexe.

Il y a donc plusieurs façons d’être trans et le fait de connaitre une réalité ne veut pas dire connaitre celle de toutes les personnes trans.

Mais pour une définition très épurée, une personne trans est un individu qui souhaite se dissocier du sexe et/ou du genre qui lui a été attribué à la naissance afin de transitionner vers le sexe et/ou genre auquel elle s’identifie.

Au contraire, une personne cisgenre est une personne dont l’identité de genre correspond au genre et au sexe attribués à la naissance.

Qu’est-ce que la présence Khate à Occupation Double apporte à la cause trans.

Selon Jenni, la présence de Khate apporte quelque chose de nouveau et de rafraichissant dans la téléréalité québécoise, mais ça va assurément déranger, car à son opinion, OD se base beaucoup sur les stéréotypes pour ses candidats. On retrouve souvent le « male alpha » et « la pitoune », mais ce que la présence d’une femme trans pourrait faire, c’est briser ce moule pour montrer que les catégories de sexe et de genre ainsi que les stéréotypes qui les accompagnent peuvent être déconstruits.

Ensuite, il est certain que la représentation que Khate apporte va aider à normaliser la présence des personnes trans dans la société, puisque plus on est familier avec un concept ou une identité, plus il est facile de l’accepter, de la comprendre et de l’inclure dans la norme. Elle va également pouvoir témoigner des réalités des femmes trans ainsi que défaire les clichés qui ont justement longtemps été véhiculés par les préjugés dans les médias et montrer tout le positif qu’une personne peut retirer de cette transition.

Jenni souligne par contre que, puisque c’est encore nouveau, il y a peu de diversité dans les représentations de personne trans, la présence de Khate est donc très intéressante et elle ouvre certainement une porte pour plus de représentation future, mais on en ait clairement encore à l’étape du « Token » c’est-à-dire, un effort forcé d’inclusivité représenté par une seule personne qui aurait habituellement été exclue.

Jenni ajoute que le fait de vouloir cacher aux garçons que Khate est trans n’est peut-être pas la bonne stratégie dans ce cas, car Khate s’appuie beaucoup au quotidien sur son identité trans afin de faire avancer les choses dans la communauté, il est donc un peu oppressif de vouloir cacher cette facette de son identité. Cela dit, connaissant Khate, Jenni pense qu’elle dévoilera elle-même très rapidement cet élément important de son identité et il serait important qu’elle le fasse pour représenter une fierté trans que la communauté a besoin de voir dans les médias, même si le parcours de Khate ne représente pas celui de tous.

Cela dit, il faut garder en tête que ce n'est pas parce qu'une personne s'affirme trans qu'elle doit à tous et chacun son récit de transition et surtout, de dévoiler ses intentions par rapport à ses opérations.

Finalement, c’est une nouvelle possibilité pour beaucoup de membres de la société que d’imaginer une relation hétérosexuelle dans lequel un des membres est trans, surtout lorsqu’on parle d’un homme cisgenre et d’une femme trans. Souvent stigmatisée et stéréotypée, la relation entre un homme et une femme trans est souvent considérée comme une relation homosexuelle entre deux hommes, particulièrement si la personne trans a encore l’organe sexuel de sa naissance.

Or, Jenni affirme que beaucoup d’hommes sont intéressés par les femmes trans, mais que c’est le jugement de la société qui les empêchent de vivre cette attirance pleinement.

Ainsi, le fait d’avoir des représentations non seulement de femme trans, mais aussi d’un potentiel de relation entre des hommes hétérosexuels pourrait permettre de normaliser la chose, mais surtout, relâcher les barrières rigides des étiquettes qui catégorisent le désir et les relations.

Il ne reste qu'à voir si elle fera son entrée dans l'aventure, et comment elle la fera. 

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications