Depuis son bref passage à Occupation Double, Khate est devenue l’une des personnalités trans les plus connues au Québec et, malgré le fait qu’il y a encore beaucoup d’incompréhension envers les personnes trans, Khate Lessard a eu son opération et a reçu une véritable vague d'amour. 

Il est évident qu’il faut beaucoup de courage pour se mettre sous les feux de la rampe alors qu’une partie de la société refuse encore d’accepter la légitimité des personnes trans.

Cela dit, étant conférencière et ambassadrice pour la cause, la jeune femme était bien équipée pour affronter les commentaires négatifs et se proposer comme représentante trans à la télévision et sur les réseaux sociaux. 

Depuis qu’elle est sous l’œil du public, Khate n’a jamais caché qu’elle avait toujours son organe sexuel masculin et qu’elle comptait faire l’opération pour avoir l’organe féminin.

Ainsi, le 14 novembre, Khate a annoncé que la date de son opération était imminente dans une publication Instagram qui dévoile son corps avant l’opération

Elle tenait à apprécier son corps une dernière fois avant qu’il change et le Québec lui a donné son support à ce moment-là.

C’est donc le 25 novembre que Khate est passée sous le bistouri pour obtenir une vaginoplastie qui lui donnera enfin le corps dans lequel elle pourra se sentir elle-même. 

Comme lors de sa photo en hommage de son corps de naissance, c’est avec beaucoup d’amour et de support que la nouvelle de son opération a été accueilli par ses proches, amis et par le public. 

Elle en a donc profité pour remercier tous ceux qui lui écrivent pour lui donner leur support.

« Bon matin ma gang de vous autre. Juste vous dire que j’apprécie énormément, un gros merci pour tous les beaux messages que vous m’envoyez, sérieux la, vous me faites vraiment chaud au cœur. Je vous love. »

Cassandra Bouchard était particulièrement contente pour Khate :

« Oh ma chum Khate a enfin son vagin ! J’ai tellement hâte de le rencontrer ! »

Julie Snyder, qui semble être très touchée par le parcours de Khate, lui a envoyé plusieurs dizaines de roses pour décorer sa chambre d’hôpital et lui montrer son soutien.

S’il est vraiment beau de voir tout cet amour et support envers Khate et son cheminement, il est important de se rappeler qu’il n’est pas nécessaire de faire l’opération pour être une femme ou un homme trans. 

La dysphorie de genre, qui est caractérisée par une identification forte et permanente à l’autre genre et à un désir de vivre en tant que genre différent du sexe attribué à la naissance, se vit de manière différente d’une personne à l’autre. 

Ainsi, pour certain, l’organe sexuel joue un rôle dans cette dysphorie et pour d’autre, il n’en a aucun car seul le fait d’être accepté et perçu par la société comme appartenant au sexe auquel la personne s’identifie est suffisant pour avoir le sentiment de correspondre à leur identité de genre. 

Évidemment, on ne fait qu’effleurer la surface de la dysphorie du genre ici, mais il est important de se rappeler que même si certaines personnes trans décident de faire l’opération, cela n’a aucun poids dans la légitimité de l’identification à un sexe ou à l’autre.

Khate est donc un exemple inspirant de la cause trans et permet de mettre en lumière certains aspects de ce cheminement, mais il ne faut pas oublier que son parcours est personnel et qu’il ne représente pas toutes les personnes trans. 

Tous lui souhaitent un prompt rétablissement et de continuer à s’épanouir comme elle le fait depuis le début de sa transition.

La communauté trans a de plus en plus de représentation ici au Québec et c’est grâce aux personnes comme elle, qui bravent la négativité pour apporter un regard positif et vrai sur cette communauté. 


Il y a des histoires partout! Si tu as un scoop à partager, envoie-nous un message, une vidéo ou une photo à @Narcityquebec sur Instagram ou Facebook.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter