C'est bien connu, les influenceurs font souvent des collaborations avec des marques, puisque c'est une des façons pour eux d'avoir un salaire. Par contre, il y a également diverses compagnies qui envoient leurs produits gratuitement, en espérant que les influenceurs en parlent sur les réseaux sociaux.

D'un point de vue extérieur, ça peut avoir l'air vraiment génial de recevoir des items gratuits, mais la réflexion ne s'arrête pas là. Quand tu reçois une trentaine de démaquillants, tu n'as pas assez d'un visage pour tous les utiliser et ça peut poser problème.

Une nouvelle tendance chez les influenceurs qui consiste à refuser des produits envoyés par les compagnies fait donc surface, afin d'éviter les nombreux gaspillages qu'une telle pratique amène.

Quel gaspillage ? Eh bien, même si les influenceurs donnent fréquemment les produits qu'ils ont en trop à leurs amis ou à des organismes, souvent les colis qu'ils reçoivent sont sur-emballés afin que ce soit très cute, mais il y a une énorme quantité de plastique inutile dans leur package. 

Souvent, les marques qui ne demandent pas avant d'envoyer sont aussi celles qui envoient des produits sans véritablement faire de recherches. On peut voir cette situation dans le cas d'Alex Labbée qui a reçu une caisse de bières alors que ce dernier est assez clair sur le fait qu'il ne boit pas. Il aimerait « que les agences fassent un minimum de recherche pour justement éviter le gaspillage. »

Dans le cas de la youtubeuse Marilou Ethier, en plus du niveau écologique, c'est aussi au niveau de l'éthique qu'elle apprécierait que les compagnies demandent davantage. Parfois, les influenceurs ne savent pas d'où le colis provient et c'est donc difficile de faire savoir qu'une autorisation préalable serait appréciée. La jeune femme raconte qu'elle se sent mal de recevoir des produits et de ne pas en parler parce qu'elle ne les aime pas. Si on lui avait demandé, elle les aurait refusés puisque « que ce n'est pas une attention gentille » et que « les marques s'attendent à une mention sur Instagram vu qu'[elle] est en possession du produit. »

Catherine Francoeur, plus connue sous le nom de Girlyaddict, appuie cette nouvelle tendance et apprécie que les marques demandent puisque c'est « plus écologique d'un sens, mais aussi côté gaspillage parce que ça ne sert à rien pour les marques d'envoyer quelque chose qui ne servira pas ! » C'est son déménagement qui a facilité pour elle l'adaptation de cette nouvelle tendance puisque, maintenant, les compagnies doivent lui demander sa nouvelle adresse pour les colis et elle peut donc faire un tri.

Cindy Cournoyer compte elle aussi profiter de son futur déménagement pour éviter du gaspillage inutile. Elle aimerait possiblement « donner [s]on adresse aux compagnies/agences qui respectent davantage cette pratique. » Elle sait que c'est la responsabilité de tous d'agir et d'en parler pour améliorer les choses.

Mila Taillefer et Cynthia Dulude sont deux femmes qui sont particulièrement investies dans cette tendance. La première veut aller vers un mode de vie minimalisme, tandis que la seconde est une youtubeuse beauté et reçoit énormément de colis. Mila confirme ce que plusieurs influenceurs affirment, que bien qu'ils soient reconnaissants de tous les produits qu'ils reçoivent, c'est aussi un stress puisque la gestion de ceux-ci est chronophage.

Pour elle, c'est évidemment aussi une question écologique puisque « les nombreux colis ont un effet très négatif sur l'environnement avec les multiples emballages, fiche de presse et même le carbone pour livrer ces colis. » Sa solution est simple et partagée par plusieurs : que les marques demandent avant d'envoyer leurs colis.

Cynthia Dulude va encore plus loin puisqu'elle a pris sur elle-même d'écrire à toutes les marques afin de leur expliquer son nouveau processus. Ça fait environ deux mois qu'elle leur a demandé « de revoir la façon dont ils travaillent ensemble ». Elle nous explique que parfois, le package peut être un peu fou avec des ballounes, des écrans qui s'allument, et plusieurs autres éléments qui ne recyclent pas ou qui font une énorme pile de recyclage dans sa maison.

La youtubeuse maquillage tient aussi à pouvoir utiliser tous les produits et les tester pour en parler avec ses abonnés, mais avec la quantité qu'elle reçoit, c'est tout simplement impossible. Malgré ses démarches qui lui ont pris plusieurs heures, certaines marques continuent de lui envoyer des colis sans autorisation. Ça « la décourage un peu, parce que ça demande beaucoup de temps faire un suivi » et suite à sa demande, certaines compagnies l'ont tout simplement retirée de leurs listes.

On comprend donc que pour suivre cette nouvelle tendance écologique, les marques et les influenceurs doivent tous faire leur part et travailler ensemble, et il semblerait qu'il y ait encore place au progrès.

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter