Tsé, l'espèce de concept flou où l'autre revient toujours, même si tu sais pu vraiment si c'est parce que vous vous aimez, vous êtes bien ensemble ou juste parce que vous êtes habitués à votre relation complètement tordue. Le pourquoi, ça s'est rendu si loin et durant autant de temps reste un véritable mystère. T'aimes mieux juste pas y penser, ça te déprime.

Les relations toxiques, c'est clairement arrivé à beaucoup d'entre nous. 

Y'a différentes catégories. La soft c’est les revenants. Ces vieilles dates qui surgissent de nulle part une couple de mois plus tard. Comme un écureuil qui sort la tête en fouillant dans tes vidanges, bien à l’aise, comme si y’avait passé toute sa vie là. Comme ce rongeur grimpeur, les revenants sont zéro gêné de leur retour en force. Pour toi, c'est sans véritable conséquence, des fois même tu réponds tout simplement pas. Souvent lié aux saisons, leur retour annonce la fin de la période estivale, de la chaleur, des piscines, des vacances et de la sangria, ça te rappelle que l'automne s'en vient pis que tout le monde veut se matcher pour se coller en coton ouaté.

Chose qui n’arrive pas l'été. L'été tu t'en fous, tu VEUX vivre ta canicule toute seule à poil dans ton lit à te réveiller avec les cheveux tout mouillés dans nuque. Il n’y a pas de projet de dormir en cuillère là, la seule cuillère que tu acceptes, c'est celle remplie de p'tite molle à vanille.

La semi-ferme, c’est ta dernière relation sérieuse nébuleuse finie pas trop finie, que tu sais plus. Vous vous voyez de temps en temps, correct souvent, pour faire exactement les mêmes activités qu'avant. Y'a rien qui a changé. Sauf que vous êtes pas un couple, c'est à peu près la seule affaire qui est claire dans cette histoire-là.

Y’a moyen d’étirer ça en se disant que tout le monde y trouve son compte pis que ça fera pas de peine arrêter la patente.  Ça peut durer longtemps, déni inclus. L’genre de relation dont tu te vantes pas et que parles pu à tes amies de fille parce que tu le sais que t’auras pas de tape dans le dos de félicitations.

Et, le top ferme, genre roche sédimentaire, la relation toxique jusqu’à la moelle. Celui qui te donne l’impression que ça finira jamais, jamais. Celui qui se cr*ss un peu pas mal de ton bonheur, la seule chose à laquelle il pense, c’est lui. J’ai eu ma grosse roche pendant quelques années. Oui, années. Une espèce de garnotte. Le projet était allé tellement loin que j’voyais juste pu le bout. Je savais même plus pourquoi on se voyait.  

J’me suis dit que ça allait finir quand un des deux allait mourir. Simple de même. On retournait toujours l’un vers l’autre. C’était un réflexe, un automatisme destructeur et malsain. Pendant des années on s’est vus.

Le gars avait une autre vie. Une vie dont je n’étais pas le héros malheureusement, avec femme, enfant, maison, le beau rêve américain. Un doux rêve qu’il avait bâti dans mon dos et surtout sans moi. Pis moi, j’acceptais ça sans trop rouspéter. Je pensais que ça allait changer. Comme si je méritais pas mieux. Comme si je faisais vraiment la différence dans son quotidien pourri basé sur des grosses menteries. Comme s’il avait besoin de moi et moi de lui.

Tsé quand ça fait tellement longtemps que c’est comme ça, que tu te demandes comment c’était avant. Si ça déjà été le fun. Si vous vous êtes déjà aimés bien, aimés sans vous pourrir la vie. Tu te demandes c’est quand la dernière fois qu’il t’a dit la vérité. S’il te l’a vraiment déjà dit…

C’est difficile d’admettre qu’on est prisonnier d’une relation toxique. C’est encore plus difficile d’en sortir. T’es tellement habitué de patauger dans ta marde que tu éprouves quasi quelque chose de réconfortant et de rassurant là-dedans. Ça se dit pas, mais oui y’a un aspect apaisant de retourner vers quelqu’un, même s’il te fait zéro du bien au final.

T’as beau te dire que tu es trop intelligente pour te retrouver dans une relation toxique, hélas non. Tu le sais très bien que c’est en train de te détruire lentement. Pis que c’est tout, sauf sain et normal ce que tu vis. L’intelligence n'a rien à voir là-dedans. Tu l’aimes. Tu y as cru. Un jour. Mais c’est fini.

L’amour, ce n’est pas censé blesser ou faire mal. Ça ne rend pas vulnérable. Ça ne te rabaisse pas l’estime personnelle et la confiance en soi constamment. L’amour ça n’inclut pas des mensonges, de la manipulation ou de te tenir en laisse pour mieux te contrôler. Ce n’est pas des chicanes, des excuses ou des belles promesses qui ne mènent nulle part. L’amour ce n’est pas des mots qui ne se concrétisent pas, des gestes absents et une horloge qui tourne en attendant éternellement. 

Sinon ça ferait longtemps qu’il t’aurait laissé être heureuse. C’est ça aussi aimer quelqu’un, c’est le laisser aller pour lui permettre de trouver le bonheur ailleurs. Oui c’est à chier, mais c’est là que tu reconnais quelqu’un qui tient vraiment à toi. Et non quelqu’un centré sur son nombril.

J’aimerais ça te dire que ça va bien se finir, mais ce serait te mentir. On espère toujours un revirement de situation, pour transformer le cauchemar en rêve. Mais non. Y’aura pas une belle fin à cette histoire-là. Parce que c’est pas une belle histoire, ça mérite pas une finale à la Disney, ça mérite juste de se terminer au pc. Du jour au lendemain, j’me suis tannée, j’ai pogné une écoeurantite, j’ai voulu passer à autre chose. J’ai pris mes distances, il a senti que je lui glissais entre les doigts; les menaces, les larmes, n’importe quoi pour me manipuler afin que je reste.

 

Rester pour quoi? Pour continuer à pleurer en me répétant que je ne valais pas la peine, qu’il m’arriverait jamais rien de bon dans la vie? No thanks. J’ai perdu des années de ma vie dans une relation qui m’a menée nulle part sauf me faire sentir comme une moins que rien. Une relation qui m’a brisée ben raide. Une relation qui m’a scotchée un doute en permanence dans la tête j'mérite peut-être rien de mieux. 

Je sais que c’est pas facile, pis que ça peut être un processus long. Mais, sauve-toi. Décal*ss le plus loin que tu peux. Parce que tu mérites mieux. Vraiment.

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici. 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

 

 

 

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter