J'ai reçu une d*ck pic. Non sollicitée. Via Messenger. Venant d'un inconnu. Quand j'écris inconnu, comprenons-nous bien, j'ai aucune idée qui est cette personne. Jamais on ne s'est adressé la parole auparavant. C'est pas une connaissance. Ni l'ami d'un ami. Ni un gars croisé dans un party. Ni un match Tinder. Ni l'emballeur à l'épicerie. 

Alors, quelle ne fut pas ma surprise de recevoir son pénis comme ça, le plus beau mercredi de mai. Il venait de chier le début de mon été. Et mon moral.

Récapitulons. Le gars, m'envoie des coucous à répétition. Chose à laquelle je réponds rarement. Les coucous sont le fléau d'une génération. C'est comme venir me respirer dans la nuque pendant que je cherche quoi regarder sur Netflix. Depuis l'apparition des coucous, j'ai l'impression qu'on m'épie si je ne ferme pas les rideaux. Chaque coucou me donne un frisson et l’envie d’me ligaturer les trompes pour ne pas enfanter d’un producteur de coucous.  

Après des mois de coucous. Reçois la d*ck pic. Accompagné de propos déplacés et incohérents. Des propos reliés au monde félin, mais orienté vers mes organes intimes. Suivi d'un vidéo de lui avec une compagne en plein ébat. L’angle du vidéo m’a coupé l’appétit et m’a donné envie d’aller me scruter dans le miroir pour voir ce que mon partenaire voit dans cette position. Je ne l’ai pas fait.  

J’ai jamais reçu une d*ck pic de la part d’un inconnu. Ça toujours été des dates ou des vieilles dates qui voulaient refaire surface par le biais de leur organe reproducteur mâle. Tactique peu efficace et peu mignonne. Je pensais que c’était fini en 2019 ces tentatives vaines de séduire avec son pen. Ça ben l’air que non. 

Cette fois-là, ça m’a vraiment fâchée. Ça m'a créé un sentiment de colère assez impressionnant. J'sentais mon visage devenir rouge, une grande chaleur de fureur m'envahir. Un lot de réponses m'est passé par la tête. Toutes aussi méchantes les unes que les autres. Des propos qui touchent dans le mille, bien réfléchis, acérés, blessants. L'équivalent d'un paper cut, mais sur les testicules disons (utilisons un vocabulaire d'à propos), j'étais en beau tabar*. J’comprenais pas.

Mon réflexe a été de vouloir supprimer la convo et le bloquer. Chose que je n'ai pas faite. J'ai tassé mon pouce vers la droite, le p'tit cercle rouge avec la poubelle est apparu, mais j'me suis résigné. J'ai préféré lui donner l'attention dont il avait besoin. J'ai publié son membre bandé sur Facebook, une première fois. Ça été refusé. On peut montrer des seins de femmes, des fesses de femmes, mais un gland de gars, ça se montre pas.

J'ai compris, internet. 

J'ai publié avec censure. Facebook a accepté. J'avais aucune attente en faisant ça. C'était pas une quête de like, je cherchais pas les grosses claques de bravo dans le dos. J'ai juste voulu montrer que c'est non, que j'me fermerais pas la yeule en te bloquant, j'vais flasher aux gens que t'es une grosse vidange. 

Plein de commentaires ont suivi, garçons et filles, pour la plupart, étaient outrés d'un tel comportement de nos jours. Y’a 5-10 ans, ça arrivait régulièrement, mais aujourd’hui on est conscientisés envers la notion de consentement et des limites à ne pas dépasser. Pour certains. Un gars a même commenté que la graine en question avait fait le coup à une de ses amies auparavant. Coudonc, y’est à l’aise de son pubis. Un récidiviste des agressions en ligne. Quelque chose m'a marqué par contre et encore plus mis en cr*ss. 

Lire ça m'a fait un peu le même effet que de manger une aiguille et la sentir passer dans mon système digestif. J'me disais doux Jésus, c'pas normal de vivre ça. C'est une situation évitable, et comment on réussit à l'éviter? En étant pas cave.

Sauf que ça, c’est pas donné à tous.

Ce à quoi, j'ai envie de te répondre, à toi, monsieur je sème mon opinion de marde à tout vent, en toute simplicité ceci: T’es un gros piment cabochon. Tu me reproches de publier ça. Tu me reproches ma dénonciation. Tu me reproches de prendre position. De pas me laisser faire. Je suis victime de harcèlement de la part d'un homme et toi, tu mets ton grain de sel pour me faire garder le silence. Que les gens ont pas besoin de voir ça.

T'es où au juste? Sûrement prisonnier du Far West. Parce que tes propos font pas très 2019.

Oui oui, j’entends ton message. Si tu as ce genre de discours, c’est parce que ça vient te chercher. Clairement que tu te reconnais là-dedans, parce que ce gars déplacé, ça sûrement déjà été toi. Entre graines voyageuses virtuelles, on se soutient. T'as sûrement déjà envoyé une photo à une inconnue en trouvant ça drôle ou juste en te sentant confiant. En te souciant zéro de l'autre, en te disant que c’est sans conséquence, parce que toi, t'es centré autour de ta graine. Tu la trouves tellement fabuleuse que tu sens le besoin d'en faire une exposition virtuelle à des femmes qui t’ont rien demandé. Pis ça c’est juste la pointe de l’iceberg, je n’imagine pas les comportements que tu juges acceptable d’avoir envers une fille. T’es pas ce qu’on peut appeler un gentleman.

Pis c'est avec une mentalité comme la tienne que le monde fait pas toujours bon vivre pour des femmes. Qu'on dénonce rien. Qu’on a honte de ce qui nous arrive pis qu’on agit jamais. En se disant qu'on fera pas la différence,  que y’a peut-être pas de quoi se plaindre. De quoi on va avoir l’air ? Quel message je lui envoie si je dis rien? Si je fais rien? Si je le bloque en passant à autre chose? Ça veut dire ok, tu me gosses, je m'en cr*ss, continue, mais avec quelqu'un d'autre. Moi j’vais continuer ma vie. C'est comme passer par-dessus le problème et le refiler à une autre. Sans jamais dénoncer le comportement. Sans jamais dénoncer l'individu. Comme si c'était pas grave.

Parce que oui c’est grave. Et c’est triste. Doublement triste. Parce que je sais pas ce qui est le plus grave, la d*ck pic et la vidéo, ou le fait que tu comprennes pas que c’est grave. C’est triste d’avoir à expliquer que tu peux pas faire ça. C’est triste avoir à expliquer que c’est pas de tes affaires la manière dont je dénonce quelqu’un. Je fais pas ça pour te faire plaisir, ton opinion je m’en torche. T’es pas obligé de partager ta pensée. Et avec des propos comme les tiens, j’pense que te fermer la yeule reste ta meilleure option, ton silence est sûrement ta plus belle qualité.

J’pense pas changer le monde avec mon move. Y va en avoir d’autres graineux qui vont se trouver hot de se flasher la patente. Peut-être juste que les bloquer pis passer à autre chose c’est pas la solution pour leur faire comprendre que j’me laisserais pas grainer contre mon gré.

La graine m'a bloquée dans le temps d’le dire. Et j’espère que son compte est suspendu parce que beaucoup de gens l'ont signalé. J'en sais rien. Je sais par contre que les propos de l’autre ça fait un scandale. Tsé quand t’es tellement fâché que tu as d’la misère à t’exprimer pis que tu regardes l’autre en te disant, anyway il comprendra pas y’est trop chaudron pour vouloir entendre une autre opinion que la sienne. Quand y’est petit y devait jouer au roi des chaudrons au lieu du roi de la montagne, j’peux pas croire. C’est mon feeling avec ce genre de commentaires. Une implosion interne avec la furieuse envie de tout péter. Se parler, se contrôler et essayer de canaliser sa colère, c’est les étapes pour pas crisser son ordi en mille morceaux.  

J’rêve pas en couleurs. J’pars pas en croisade de prévention et de sensibilisation contre les d*ck pic et les commentaires inutiles sur les réseaux sociaux. Et je veux surtout pas les éduquer, parce que je pense que c’est les surestimer.

Si, toi, en 2019, tu envoies des photos de ton pen à des gens sans que ce soit sollicité ou sans que ce soit dans un échange coquin avec une personne qui veut voir ton excitation, t’as rien compris de la vie. T’es brisé mon pauvre mec. Y’a rien à faire avec ça. J'en veux pas de tes photos. Pis je devrais même pas avoir à te le spécifier.

L’effet surprise ne veut pas dire oui. Ce que tu juges acceptable, ce l’est peut-être pas pour moi. Je ne comprends pas qu’on doive expliquer ça. T’as pas lu l’actualité dans les dernières années? Sûrement pas, t’étais enfermé dans ta grotte, à l’abri de l’évolution des mentalités. À essayer de trouver le bon angle pour immortaliser ton phallus.

Les mettre sous le spotlight et leur montrer que ce qu'ils font c'est cave, c'est peut-être la seule solution tsé. Comme un chien, dans le temps, y'avait la technique de lui mettre son museau dans son caca pour lui apprendre à être propre. C'est peut-être ça pour les d*ck pics. Faut vous mettre sous le nez vos gaffes et non faire comme si de rien était.

On est en 2019. On va changer le monde. Ensemble. Une graine à la fois. 

Pour lire toutes les chroniques Célib-à-terre de Merlin Pinpin, c'est ici. 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de la collaboratrice et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter