La plupart des gens assument que leur entourage est straight. Quand je n’ai pas ramené de gars à la maison pendant des années, mes parents ont commencé à croire que j’étais lesbienne. Puisque je n’ai pas ramené de filles non plus, ils ont commencé à croire que j’étais asexuelle. Mais je ne suis rien de tout ça.

Pour en savoir plus: La fois où j'ai compris que je ne serai jamais la fille que tu veux

Il y a d’abord le gros coming out, où on s’affirme publiquement pour la première fois, surtout pour soi-même. Mais il y a aussi tous les autres petits coming out où je mentionne la belle fille que j’ai rencontrée à un collègue, où mes amis me voient liker des filles et des gars sur Tinder et où mon boss me tend un rideau en me disant « keep it straight » et que je réponds « I’ve never been straight. »

Je suis queer. Je suis le Q dans LGBTQ. Tu n’es pas sûr de comprendre? Comme je dis souvent: quand tu dis que t’es gay, ça explique bien choses, mais quand tu dis que t’es queer, ça mérite une explication.

Me définir comme tel me donne la chance de devoir expliquer chaque fois la définition du mot queer soit « qui ne correspond pas aux normes hétéronormatives. » Je me suis toujours considérée comme « sans étiquette » jusqu’à ce que je me retrouve accidentellement dans un groupe LGBTQ. Je me suis trompée de porte en allant à une rencontre et ils ont pris le temps de m’expliquer que je pouvais sauver quelques voyelles en me disant « queer. »

Donc je ne suis pas straight, mais je ne veux pas d’autres étiquettes non plus. Je peux aimer un homme, je peux aimer une femme, je peux aimer tous les autres. Mais je ne me définis par ça.

C’est quoi la différence avec bisexuelle? La bisexualité reconnaît davantage la binarité, soit qu’il n’y a que des hommes et des femmes, alors je ressemblais plus à une pansexuelle qui ne se limite pas au genre. C’est quoi la différence entre queer et pansexuelle? Rien pantoute. Mais il y a une différence pour moi. 

Je tolère qu’on me dise pansexuelle, quand je n’ai pas le goût de m’expliquer je dis que je suis bisexuelle, si je me sens jugée je vais passer pour straight. Mais si je te dis que je suis queer, ne questionne pas ma sexualité et assume que je suis queer. Laisse chaque personne se définir comme elle veut. En même temps, parfois c’est juste pas de tes affaires alors quand on me demande mon orientation sexuelle, je dis « je n’ai pas à répondre à cette question-là. »

C’est là que certains hommes assument non seulement que je suis lesbienne, mais que je le suis pour eux. « Ça m’excite les femmes qui s’embrassent. » « Est-ce que je peux regarder. » « T’as pas trouvé le bon, je vais te faire changer d’idée. » Ils n’arrivent pas à croire en une relation où leur sexe n’est pas impliqué. Je n’ai jamais été discriminée pour mon orientation sexuelle, mais je suis constamment sexualisée. Parce qu’on imagine toujours nos amis queer au lit même si on ne fait pas ça avec nos amis straight.

Justement, pour tous les hommes qui se demandent comment deux femmes font pour coucher ensemble, je réponds toujours la même chose: « si tu ne sais pas faire plaisir à une femme avec autre chose que ton sexe, tu ne sais pas faire l'amour. » On va terminer la discussion là.

Il y a aussi les gens qui me disent que je suis straight. Le genre de fille sur Tinder qui me dit « On ne peut pas coucher ensemble juste toutes les deux. Ça va être malaisant vu que t’es straight. Fais un trip à trois avec mon fuckfriend. » J’ai pas l’air gay. Et justement, j’ai toujours trouvé ça absurde qu’il y ait un look queer ou straight.

C’est comme si je devais me couper les cheveux, brandir mon drapeau arc-en-ciel et me déguiser en licorne pour avoir l’air queer. Je sors ce costume uniquement pour les occasions spéciales. Mon gaydar est pourri. J’ai des kicks sur des filles straight et je ne comprends pas les avances de mes amies gaies.

Je vois à quel point c’est stupide d’assumer l’orientation sexuelle des gens depuis que j’ai dit à une ancienne amie « As-tu un copain? » et elle m’a répondu « Non, une copine! » J’assume qu’une personne est queer quand elle me le dit ou que je la vois frencher une personne du même sexe pour une autre raison qu’un pari entre amis. Et encore là, comment montrer qu’on est bi? Je ne me promènerai pas avec une main dans la main d’un gars et l’autre dans la poche arrière du jean d’une fille.

Je n’ai jamais eu à faire de coming out parce que j’ai jamais été « in. » Si j’avais passé plus de temps dans le placard, je serais sûrement mieux habillée. Je n’ai jamais eu à faire de coming out parce que je n’ai jamais été straight, mais je n’avais simplement pas les mots pour me définir. J'avais cinq ans la première fois que j'ai vu un couple gay et je ne l'avais pas compris parce que pour moi un couple c'était simplement deux personnes qui s'aimaient. 

Je rêve d’un monde où il n’y aura plus de coming out parce qu’on n’assumera plus que le monde est straight. Où j’amènerai pour la première fois à la maison un copain ou une copine à la maison et que mon père me dira juste « il était temps. » Je rêve d’un souper de famille où on ne me demandera pas si j’ai enfin un petit copain mais si je suis enfin heureuse. L’amour ce n’est pas un choix, la haine oui. Je rêve du jour où je pourrai dire « Papa, Maman… Au fond je suis juste amoureuse. »

Pour en savoir plus: Le moment où j'ai réalisé que je t’aimais

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications