Je suis accro au sucre. Dans le sens que j’ai constamment des cravings qui me poussent à vider une boîte de Whippet en une soirée où encore à collectionner des oeufs Cadbury pour en garder après Pâques. J’ai déjà essayé de me priver de sucre pendant quelques jours pour finalement être tellement en manque que je me gavais encore plus par la suite. C’est pour cela que j’ai décidé de me donner un défi que je n’ai jamais réalisé dans toute ma vie: ne pas manger de mauvais sucre pendant une semaine.

Par « mauvais sucre, » je veux surtout dire le sucre ajouté aux aliments qui n’en contiennent pas à la base. Je me permets tout de même de manger des fruits, qui ne sont pas mauvais parce que les fibres permettent au fructose de se libérer moins rapidement comparé au sucre libre, si j’ai bien compris mon idole le Pharmachien. J’ai également testé le « faux sucre » ou édulcorant en petite quantité parce que les études ne s’entendent pas pour dire si c’est mauvais ou juste correct.

Tout d’abord, c’est difficile de trouver des bons fruits frais à ce moment de l’année. L’épicerie nous croit particulièrement naïfs en nous faisant croire que les raisins verts sont en « rabais » à 4.99$ la livre. J’ai quand même pu profiter de quelques vrais rabais en plus d’acheter des fruits congelés et en canne. La madame des dégustations m’a également permis de découvrir les desserts de Mme Avoinette sucrés à la purée de dattes qui sont une bonne alternative. J’étais prête à me lancer dans ce défi sans mauvais sucre.

La première chose que j’ai faite en me levant le matin a été d’échouer mon défi. En effet, j’avais mal lu les ingrédients sur la boîte de Rice Crispies et j’ai probablement été la seule personne au monde à croire qu’elles ne contenaient pas de sucre. En fait, toutes les céréales à l’épicerie contiennent du sucre. Je devais donc choisir une autre option de déjeuner comme des oeufs, du bacon et des patates, ce qui n’est pas très santé. J’ai donc préféré me tourner vers des fruits.

Pour ce qui est des repas, j’aime souvent acheter les repas prêts-à-manger à l’épicerie qui ne contiennent pas de sucre. J’ai tout de même été en peine d’amour quand j’ai dû prendre un break avec mes sushis puisque le riz contient du sucre. J’ai essayé de me faire un tartare de saumon à la place, mais je n’ai pas pu faire la moitié de la recette pour éviter d’ajouter du sucre. C’est sûr qu’il y a quelques repas qui ne contiennent pas de sucre, mais j’en avais vraiment assez de manger les mêmes repas chaque jour. 

Plus j’ai essayé de trouver de nouvelles options, plus j’ai compris qu’il y avait du sucre partout. C’est facile de simplement éviter les desserts, mais je me limitais vraiment à ne pas pouvoir manger de pain, de salade avec une vinaigrette, de sauces, de céréales, de gruau, de yogourt, de barres tendres et plus encore. J’aurais pu grignoter des fèves vertes toute ma vie et manger le même plat de poulet, mais ça devenait plate.

Le pire, c’est sans doute aller au resto. Tout d’abord, je ne connais pas les ingrédients alors j’ai probablement échoué le défi chaque fois en mangeant un peu de sucre. Mais le pire, c’est qu’en ne pouvant pas manger de salade à cause de la vinaigrette ou de tartare à cause de la sauce, je me retrouve avec des options encore pires et super grasses. Comme choix d’accompagnement, je ne peux pas prendre une salade avec de la vinaigrette ni de frites avec des condiments parce que le ketchup et la mayonnaise en contiennent. Je n’ai donc pas eu le choix d’échouer mon défi pour manger autre chose que du fast food.

Il y a une journée où j’ai juste carrément abandonné le défi pendant un moment. C’était l’anniversaire d’une de mes collègues et il y avait du gâteau. Du gâteau. Je n’ai jamais pu résister à du gâteau de toute ma vie surtout qu’il est gratuit et que tout le monde autour de moi en mange. J’ai donc cédé deux fois plutôt qu’une parce que ce n’est pas poli ne pas manger la nourriture que l’hôte nous offre.

Je ne suis pas fière, mais je veux tout de même dénoncer la pression sociale de manger du gâteau.

J’ai également donné une chance aux édulcorants quand je m’ennuyais vraiment du sucre et ça m’a aidé à gérer. J’ai mis de la saveur dans mon eau plutôt que boire du jus, et ça a mis de la joie dans ma vie. J’ai aussi trouvé des chocolats sans sucre de marque Russell Stover - étrangement disponible uniquement en pharmacie - qui avaient tout autant de calories que du chocolat normal, qui coûtent plus cher et qui ont en plus un effet laxatif alors je l’ai un peu regretté. J’irais même jusqu’à dire que le chocolat normal est peut-être meilleur pour la santé.

Ça ne m’a pas empêché d’avoir des cravings. J’essayais de les combler avec de l’eau, puis avec des légumes, puis avec des fruits, puis avec mes chocolats laxatifs, rien ne fonctionnait. Je mangeais encore plus que si je m’étais simplement permis un petit chocolat chaud. Ne pas manger de sucre ne me faisait pas manger moins de calories, au contraire, je compensais ailleurs. Je ne faisais pas ça pour perdre du poids, mais j’avais plutôt l’impression d’en avoir pris et d’avoir moins bien mangé.

Au final, ne pas manger de « mauvais sucre » ne m’a aucunement aidé. C’est une bonne chose de ne pas prendre lorsque ce n’est pas nécessaire - c’est nécessaire à un anniversaire - mais c’est presque impossible d’éviter tout sucre ajouté. Il y en a partout. Et surtout: je me retrouve avec des options beaucoup plus grasses qui ne sont pas meilleures pour la santé. Ou peut-être que je ne sais simplement pas m’adapter? Mais une chose est sûre: on ne coupe pas le mauvais sucre du jour au lendemain. On ne pourra pas faire grand chose tant que l’industrie alimentaire ne s’engagera pas à changer.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter