quebec solidaire

La réforme du système de santé menée par le ministre Christian Dubé n'a pas encore été mise en action qu'elle suscite déjà son lot de critiques. À ce titre, le porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, n'y est pas allé de main morte en reprochant à la Coalition Avenir Québec (CAQ) de réaliser le « wet dream » de l'ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

L'élu de Gouin a introduit sa question principale en revenant sur les 25 dernières années marquées par des tentatives de réforme « centralisatrices » dans le réseau des soins. « Y'as-tu quelqu'un au Québec qui trouve que ça a marché, la centralisation en santé? Y as-tu un patient qui est mieux soigné? […] Ça as-tu convaincu une infirmière de revenir, ça? Non », a-t-il affirmé.

Keep reading...Show less

Two people have been killed and at least nine others are injured after a pick-up truck hit several pedestrians in downtown Amqui, Quebec, on Monday.

According to reports from CTV and CBC News, a 38-year-old man turned himself in to Quebec provincial police. The man has been arrested for hit-and-run causing death, with one witness suggesting the victims were spread over a distance of "hundreds" of metres.

Keep reading...Show less

Les couteaux ont volé bas à l'Assemblée nationale du Québec, le mercredi 1er février, lors de la séance de questions. Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a évoqué la firme-conseil McKinsey dans un échange portant sur la présence de l'ancienne PDG d'Hydro-Québec, Sophie Brochu, en commission parlementaire. Cette remarque a déplu au premier ministre, François Legault, qui l'a ensuite accusé d'être complotiste.

Le gouvernement du Québec a accepté, le mardi 31 janvier, de tenir une commission parlementaire sur le plan stratégique d'Hydro-Québec. Cette commission fait suite à la démission de Sophie Brochu. Bien que la principale intéressée a affirmé n'avoir aucun contentieux avec le gouvernement, plusieurs analystes ont soulevé des questions quant à sa mésentente avec les orientations que souhaite prendre la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Keep reading...Show less

La question des demandeur.euses d'asile passant par le chemin Roxham continue de remuer la scène politique québécoise. L'ancien chef du Parti Québécois (PQ), Jean-François Lisée, a proposé, le mardi 24 janvier, à l'émission « Mordus de politique », d'envoyer une majorité des migrant.es à Ottawa ou ailleurs dans la fédération canadienne.

« On garde tous les francophones, on garde ceux qui ont de la famille immédiate au Québec, et les autres, on les mets dans un bel autobus climatisé, puis on les amène à Immigration Canada à Ottawa », a déclaré l'ancien député. Il s'agit, selon lui, d'envoyer un ultimatum au gouvernement fédéral afin que ce dernier répartisse les personnes concerné.es à la grandeur du pays.

Keep reading...Show less

Ce samedi 21 janvier, Justin Trudeau a déclaré dans une entrevue exclusive accordée à La Presse, qu'il envisageait de se tourner vers la Cour suprême pour réglementer davantage l'utilisation de la disposition de dérogation par les provinces. Par la suite, le premier ministre du Québec, François Legault, a écrit une série de tweets dans laquelle il s'est montré fâché contre son homologue du fédéral, ce qui a également fait réagir des personnalités politiques du Québec.

« Justin Trudeau a déclaré dans une entrevue qu’il souhaite que la Cour suprême limite le pouvoir des provinces et du Québec d’utiliser la clause dérogatoire. Cette volonté manifestée par Justin Trudeau est une attaque frontale contre la capacité de notre nation de protéger nos droits collectifs », a-t-il écrit sur son compte Twitter, avant de surenchérir : « Je rappelle qu’aucun gouvernement du Québec n’a adhéré à la Constitution de 1982, qui ne reconnaît pas la nation québécoise. Les gouvernements du PQ, du Parti libéral et de la CAQ ont tous utilisé la clause dérogatoire, notamment pour protéger la langue française. »

Keep reading...Show less