Recherche sur Narcity

Kassandra, du « vol de cell » d'Olivier Dion, se confie sur comment ça a changé sa vie

Un « prank » qui peut tout changer!

Rédactrice senior, Narcity Québec
«Prank» d'Olivier Dion : Kassandra Baldassarre s'ouvre sur l'impact de son rôle

Le 25 mai dernier, une jeune femme, Kassandra Baldassarre, a suscité la panique sur Instagram en se faisant passer pour une fan qui avait retrouvé le cellulaire du chanteur Olivier Dion en publiant des stories sur le profil Instagram de la célébrité.

Quelques heures plus tard, et suite à la participation de plusieurs complices comme Lysandre Nadeau et Rachid Badouri, on apprenait qu'il s'agissait en fait d'un prank pour lancer le nouveau vidéoclip du chanteur. C'est plus d'un mois après que Kassandra nous parle des changements sur son quotidien.

Alors qu'il s'agissait d'un rôle afin d'attirer les regards sur le Web, l'actrice derrière le stunt s'est entretenue pour parler de ce que ça a causé autant sur ses réseaux sociaux, que dans sa vie professionnelle et personnelle.

Est-ce le début de sa carrière dans le showbiz québécois?


Comment as-tu été choisie pour ce coup monté?

« En fait, l'agence Wellington, c'est eux qui se sont occupés entièrement du vidéoclip pour le concept, le contenu, etc.

« Dans cette agence-là, j'ai une amie qui m'a demandé d'aller passer une audition. Par la suite, j'ai passé une audition comme si je trouvais le téléphone d'une vedette, vraiment la mise en contexte, je ne savais pas c'était qui encore et à la fin de l'audition Olivier est entré dans la salle alors j'ai su c'était pour qui.

« Une heure après, ils m'ont rappelé en disant que c'est Olivier Dion qui m'a choisi lui-même, en comparant avec les cinq ou six autres qui ont fait l'audition. »

As-tu été rémunérée?

« Oui ça a été rémunéré, j'étais bien contente. C'est un petit contrat, je ne vais pas parler plus en détail, mais c'est un vidéoclip, ce n'est pas un film ou une émission. »

Suite à l'engouement sur les réseaux sociaux, as-tu vu un impact sur tes plateformes publiques?

« Après, quand j'ai ouvert mon téléphone et tout, il y avait beaucoup de questionnements. J'ai reçu à peu près 300 demandes de message. Côté abonnés, j'étais à 1 648, j'ai monté près de 6 600, mais ça a descendu à 5 700 parce qu'il y a des gens qui ont compris que je fais moins de contenu. En deux heures ça l'a bumpé d'un chiffre incontrôlable.

« Il y en a qui sont venus s'excuser. Moi j'ai répondu à aucun message, mais j'allais toujours vérifier, ça me faisait rire sincèrement parce que je savais que c'était une blague.

« Il y en a que c'était "va consulter, qui fait ça", j'ai eu des insultes aussi, mais il y en a beaucoup qui m'ont trouvé très comique. Il y a du monde aussi qui est comme "omg, j'aurais fait la même chose de voler le téléphone", je me disais qu'on n'est pas dans le même monde. »

Est-ce que ce rôle t'a apporté d'autres opportunités?

« Côté influenceuse, j'ai eu deux compagnies de bijoux qui m'ont écrit pour savoir si je voulais faire un partenariat. Sinon, je suis en train de faire une recherche d'agence pour être engagée dans une agence de casting, si possible.

« Il y a le Bordel Comédie Club qui m'a contacté pour savoir si je voulais me lancer dans l'humour, parce que là encore c'est cette question-là. Ça a toujours été une passion, oui je veux être dans le monde de la télé etc., mais le monde de l'humour je ne le sais pas. Une fille m'a donc écrit pour savoir si j'avais un cinq minutes pour un open mic une soirée.

« C'est sûr, là je travaille à temps plein alors je n'ai pas trop la tête à ça, mais ce sont des petits projets que, peut-être, je vais réaliser un jour. »

As-tu remarqué une différence dans ton quotidien?

« Là, je suis en camp de jour alors, première réunion de coordonnatrice, première chose c'est le patron qui nomme mon nom dans la conversation et qui dit "Kassandra, je ne savais pas que tu étais actrice?" Ça a parti de là.

« Il fallait que je l'explique parce qu'il y en a beaucoup qui n'ont pas compris que c'était une blague.

« On ne m'a pas encore reconnue dans la rue, mais souvent je sens des regards différents alors ça se peut qu'on m'aille reconnu, mais la gêne fait que les gens ne s'approchent pas.

« Mes likes sur mes photos, j'ai passé de 100 à 150 jusqu'à 700 sur ma dernière photo. Sinon, ma page aussi pour des piercings, je fais du piercing corporel, ça m'a aidé aussi. J'ai passé de 50 à 200 abonnés. »

As-tu une anecdote de tournage funky à nous raconter?

« Pendant le tournage, ça a été du stress tout le long. Pendant le live, tout le monde était au courant. Arnaud Soly et Rachid Badouri étaient au courant, mais des fois il pouvait y avoir des petits bugs de stress et je devais continuer à faire du contenu, c'est de l'improvisation.

« Rachid, après, il a rappelé mon collègue et il a dit sincèrement wow. Je n'ai pas pu leur parler à ces vedettes-là malheureusement, mais juste de savoir que Rachid a fait 'wow', ça m'a touché.

« La même journée, on avait fait les stories en avance et on a pogné un gros orage de trente minutes, mais on ne pouvait pas avoir cet orage-là. J'étais sous un petit abri de location de vélos et on attendait que l'orage passe, il fallait que ça paraisse réel, sur le moment.

« Pour vrai, c'était une belle expérience. J'ai su par la suite que ça a été beaucoup discuté en France parce qu'Olivier est connu là-bas. Il y a même, Warner Bros France qui a dit que j'ai fait du beau travail et qu'ils y ont cru. Ça s'est rendu loin, c'est de voir après si ça va continuer. »

    Laurie Forget
    Rédactrice senior, Narcity Québec
    Laurie Forget est rédactrice sénior chez Narcity Québec. Elle est spécialisée en divertissement et téléréalités, et réside sur la Rive-Nord de Montréal.
Recommandé pour toi

Loading...