De plus petits rassemblements, ne pas fêter trop fort, deux semaines d’isolement : voilà quelques recommandations de Santé Canada, plus strictes qu’au Québec, quant aux célébrations du temps des Fêtes.

Manger la tourtière à deux, trois, six, ou dix? Entre amis ou avec son propre ménage? Plusieurs questions persistent, alors que les autorités sanitaires au pays y vont de différentes suggestions.

Bien qu’il y ait quelques contradictions, l’Agence de Santé publique du Canada demande de suivre les conseils des autorités locales de santé publique.

La sélection de l'éditeur : Les 15 cerfs de Longueuil seront finalement sauvés et voici ce qui va leur arriver

Les rassemblements

L’ASPC affirme que « la façon la plus sûre de célébrer ou de profiter du temps des Fêtes » est de le faire avec les membres de son propre ménage.

Au Québec, il est plutôt recommandé de réunir un maximum de dix personnes ou au plus trois ménages par célébration, du 24 au 27 décembre.

On demande aux Québécois d'y aller d'un maximum de deux rassemblements sur les quatre journées permises, afin de limiter une possible propagation de la COVID-19.

Quant aux personnes admises au sein d’un même foyer, elles peuvent être de la famille proche, éloignée, des amis ou autres.

Il faudra toutefois respecter les règles sanitaires en place le plus possible, précisent les deux régimes de santé publique.

Consignes sanitaires 

Contrairement aux années passées, le temps des trempettes et des buffets devra être mis sur pause.

« Songez à servir des hors-d’œuvre en portions plutôt que des trempettes et des bols à collation partagés que plusieurs personnes toucheront », est-il indiqué.

Bien sûr, on demande le plus possible de porter le couvre-visage et de respecter la distanciation physique.

« Si vous partagez un repas, veillez à ce qu’une distance de deux mètres puisse être maintenue entre les membres des différents ménages », précise l’agence, ajoutant « au besoin » d’installer une table par ménage.

L’ASPC suggère aussi d’ouvrir les fenêtres afin de permettre une meilleure circulation de l’air. 

Le temps d’isolation

Lors de son point de presse la semaine dernière, le premier ministre François Legault avait énoncé les règles de son « contrat moral », quant à l’isolement.

« On demande de tout faire pour que la semaine avant et la semaine après, les personnes n’aient pas eu de contact avec d’autres personnes », avait-il dit.

Du côté d’Ottawa, on suggère plutôt de limiter les déplacements et les activités non essentiels quatorze jours avant la soirée de célébrations.

Célébrations « sobres »

Dans la même veine que la suggestion de fêter sobrement du directeur de la santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda, Ottawa incite les célébrants à réduire le volume de la musique.

« Gardez les niveaux de bruit bas (par exemple, en réduisant le volume de la musique) pour que les invités puissent s’entendre sans avoir à parler fort ou à crier », peut-on lire.

Au Québec, bien que les célébrations soient permises du 24 au 27 décembre, « ce n’est pas parce qu’on permet de faire des rassemblements les quatre jours qu’il faut fêter les quatre jours », avait affirmé Dr Arruda la semaine dernière.

 
Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications