Recherche sur Narcity

Fabrice Vil s'exprime sur la discrimination systémique à Big Brother Célébrités

« Qui en paye le prix? C'est plusieurs des minorités de la maison. »
Rédactrice senior, Narcity Québec

Lors d'une intervention à La semaine des 4 Julie le 1er février, Fabrice Vil s'est prononcé sur la discrimination systémique qu'il observe à Big Brother Célébrités. 

Au cours des derniers épisodes, Marie-Chantal Toupin a eu des propos envers Varda, Rita Baga ainsi que Richardson qui ont fait réagir le public, tout comme ses colocataires, et qui ont conduit à son départ volontaire le dimanche 31 janvier.   

La sélection de l'éditeur :Le départ volontaire de Marie-Chantal à Big Brother fait jaser sur les réseaux sociaux

Quand on parle d'enjeux systémiques, […] on voit comment ces facteurs-là influencent une société pis font payer le prix à différentes […] minorités.Fabrice Vil

À La Semaine des 4 Julie, l'avocat, chroniquer et porte-parole du Mois de l'Histoire des Noirs, Fabrice Vil, explique que la maison de Big Brother est en quelques sortes le reflet de la société.

De ce fait, il était possible, selon lui, de prévoir que Marie-Chantal pourrait avoir un discours « raciste, sexiste, homophobe » en regardant ses antécédents, tout comme en 2015, lorsqu'elle a partagé son opinion sur le port du voile.

« Au moins, on l'a vu s'excuser pis on a vu comment c'est douloureux le travail qu'elle a fait », exprime Fabrice.

Au-delà des derniers événements dans la téléréalité, il explique que le pouvoir est attribué et influence tout système en fonction de certains facteurs :

« L'argent, le fait d'être un homme, le fait d'être un homme hétérosexuel, le fait d'être un homme blanc hétérosexuel. »

« Le fameux boys club qui est composé de François Lambert, Jean-Thomas Jobin et Kevin, ce n'est pas un hasard qu'ils s'organisent et qu'ils influencent la maison », poursuit-il.

Fabrice constate que ce sont les minorités qui subissent des répercussions et souligne comment Varda, en tant que victime des propos de Marie-Chantal, a dû se défendre pour faire comprendre son point de vue : 

« C'est assez incroyable que Varda, femme noire qui est prise avec des enjeux de santé mentale, ça ait tout pris pour qu'on comprenne que tout ce qu'elle faisait, c'est de se défendre par rapport à la discrimination qu'elle subissait. »

Selon Fabrice, le fait que les victimes doivent faire comprendre leur situation aux autres rend difficile la reconnaissance des enjeux reliés à la discrimination afin que de réels changements soient apportés :

« Ça a vraiment pris un énorme travail de mobilisation pour qu'on en arrive justement à comprendre qu'est-ce qui se passait. »

Fabrice conclut son discours en mentionnant qu'il est « fondamental que les gens puissent avoir droit à la rédemption. »

Recommandé pour toi

Loading...