Les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme vivent actuellement de grands changements et avec la relance post-COVID de l'industrie attendue entre 2023 et 2025, les professionnels s'attendent à de grandes transformations et à de nombreuses nouvelles opportunités.

En débutant tes études à l'ITHQ maintenant, tu seras fin prêt lors de la reprise des activités et c'est un monde de possibilités qui s'ouvrira à toi dès la fin de ta formation. D'ailleurs, nous avons contacté Paméla Lamoureux, Julien April et Julie Anna Pilote, trois diplômés de l'ITHQ, qui ont accepté de s'entretenir avec nous afin de partager leur vision du secteur de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme.

Paméla est copropriétaire de l'entreprise Au Canot Volant depuis maintenant 17 ans. Sur place, les visiteurs peuvent louer un canot ou un kayak afin de s'aventurer, avec un guide ou de manière autonome, sur les eaux limpides de la rivière L’Assomption. L'entreprise offre également des formations, des cours de secourisme en milieu sauvage et éloigné et bien plus encore! 

Quant à lui, Julien est directeur des opérations du tout nouvel hôtel au design moderne Entourage sur-le-Lac à Québec. L'établissement, situé sur une plage privée du lac Beauport, propose entre autres activités, animations et découvertes gastronomiques aux visiteurs. Sur Expedia, les clients ont d'ailleurs attribué l'incroyable note de 4,8/5 à l'hôtel. 

Finalement, Julie Anna a fondé le Restaurant Pigor à seulement 22 ans. Situé dans l'arrondissement de Verdun à Montréal, l'endroit chaleureux affiche la superbe note de 4,8/5 sur OpenTable. Les visiteurs apprécient particulièrement l'atmosphère et la qualité des plats offerts sur place. 

Ces interviews te feront découvrir la réalité stimulante de ces domaines et te donneront peut-être envie de poursuivre tes études à l’ITHQ, comme Paméla, Julien et Julie Anna… malgré les bouleversements qu’entraîne la pandémie en ce moment.

Vous travaillez dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme depuis longtemps?

Paméla : [Avec François], on est deux diplômés en tourisme de l'ITHQ, on s'est rencontrés là-bas, on s'est mis en couple et on a bâti notre entreprise. On fait partie de la promotion de 1996. On a toujours travaillé dans le tourisme. Au début de notre carrière, on a travaillé en tant que guides accompagnateurs aux États-Unis et au Canada pour certaines entreprises. On a fini par lancer Au Canot Volant en 2003.

Julien : Je suis la cinquième génération d'hôtelier qui est un projet de père en fils. J'ai suivi le programme [...] Hautes Études en gestion hôtelière internationale à l'ITHQ. J'ai gradué en 2012-2013, et, par la suite, j'ai travaillé dans beaucoup d'hôtels à Montréal. [En septembre 2017, nous avons lancé Entourage-sur-le-lac, un projet « condo-hôtel ». Nous gérons l’hôtel et le restaurant pour les quelque 130 copropriétaires. C'est une expérience assez unique. C'était très stimulant et motivant de participer à cela à mon jeune âge.]

Julie Anna : J’ai commencé mon parcours très jeune en restauration... j’ai [eu] la piqûre. J’ai alors suivi un programme en restauration à l’ITHQ. Par la suite, j’ai suivi une formation en sommellerie et un an après ma graduation, j’ai ouvert mon restaurant le Pigor.

Quel a été votre plus gros challenge durant la pandémie?

Paméla : La pandémie a commencé en mars et notre entreprise ouvre, généralement, fin avril. Dans les premiers temps, on était dans le néant. On ne savait pas si on devait poursuivre nos activités, sous quelles conditions, etc. On est quand même chanceux d'opérer dans le tourisme d'aventure, ce qui fait que nos activités se passent en plein air... On avait quand même de l'espoir de continuer à travailler sur certaines activités. 

Julien : Le plus difficile est de faire face à l'inconnu et la rapidité avec laquelle les choses ont évolué. En l'espace de quelques mois, nous avons dû nous réinventer pour nous adapter à la nouvelle réalité. La gestion des ressources humaines a également été un réel défi. Comment rassurer les employés? Comment les aider à traverser cette période? 

Julie Anna : Le concept de restaurant à la base n’est pas adapté au take-out. Le défi a donc été de se réadapter. On a dû créer de nouveaux concepts tout en faisant en sorte de garder notre qualité. Le concept était du prêt-à-manger/prêt-à-cuire. Nous avons aussi organisé des BBQ à l’extérieur puisqu’on ne pouvait [pas] accueillir nos clients à l’intérieur. [...] Après, on a aussi fait des boîtes de Noël pour s’adapter à cette période. On fait des boîtes prêtes à cuire 5 services. Pour résumer, le plus gros défi, c’est vraiment de s’adapter.

Comment comparez-vous les défis de la pandémie à ceux auxquels vous avez fait face au début de votre carrière?

Paméla : Les défis ne sont pas plus gros actuellement qu'ils ne l'étaient avant. Le défi est surtout lié à l'incertitude... de se [demander] si tous les efforts qu'on a mis depuis plus de 15 ans dans notre entreprise, notre bébé, vont tomber à l'eau. [...] On ne sait pas combien de temps va durer la pandémie. Le défi est réellement de faire face à l'inconnu. 

Julien : La gestion du capital humain a été le réel défi. Nous avons toujours eu un manque de main-d'œuvre en tourisme depuis longtemps et là, on s'en va vers une rareté de main-d'œuvre. Les employés du secteur touristique vont maintenant travailler dans d'autres domaines qui sont en expansion en ce moment.

Julie Anna : Au début de ma carrière, à mon jeune âge, mon défi était vraiment de me créer un nom. C’était vraiment de trouver quelque chose qui nous rend spéciaux. Maintenant, c’est de trouver un moyen de faire plaisir aux gens qui ont des attentes envers nous et de ne pas briser l’image qu'ils ont déjà de nous.

De quelle manière votre formation vous a-t-elle été bénéfique depuis le début de la crise? 

Paméla : Notre formation à l'ITHQ nous a surtout aidés à lancer notre entreprise. Au-delà des cours enrichissants et des professeurs excellents, les activités extrascolaires de l'ITHQ nous ont permis de développer nos compétences en entrepreneuriat. 

Julien : L'ITHQ est une très bonne école pour acquérir tous les concepts théoriques et également pour le côté pratique. [...] C'est surtout l'ensemble des rencontres que j'ai faites au cours de mon expérience à l'ITHQ qui m'a beaucoup aidé. Nous avons la chance d'avoir un comité qui nous permet de garder contact avec nos professeurs et nos anciens collègues. Rien ne t'empêche d'appeler ton professeur qui a beaucoup plus d'expérience que toi afin de lui faire part de tes défis et d'avoir des conseils. 

Julie Anna : La formation à l’ITHQ est très variée… on touche à tout. Le Pigor n’avait pas d’options take-out avant la crise, mais [puisque] j’ai appris à être polyvalente, j’avais déjà un système en place dans ma tête.  

Voyez-vous des effets positifs aux chamboulements provoqués par la pandémie dans l’industrie de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme?

Paméla : La pandémie nous a permis de développer notre offre. [...] Le tourisme d’aventure a bien tiré son épingle du jeu [l’été dernier]. Les gens cherchaient des activités extérieures et voulaient profiter des grands espaces. Nous avons reçu des clients qui ne seraient probablement pas venus nous visiter [en temps normal] puisqu’ils ont l’habitude de voyager à l’étranger pendant l’été. Ce fut une opportunité incroyable pour nous. Même si nous avons dû fermer au mois de mai [et] que nous n’avons pas reçu nos groupes scolaires en juin, nous avons doublé notre chiffre d'affaires en juillet et en août ! Notre principal enjeu fut de trouver du personnel.

Julien : Toute situation a un côté positif et un côté négatif. La pandémie nous a permis de sortir des sentiers battus et de revoir notre vieille façon de faire. Le fait de vivre ces circonstances, bien qu'elles soient tristes, nous a permis d'accélérer des projets qu'on voulait mettre en place. [Par exemple, notre menu pour emporter. Puisque c’est le seul service de restaurant offert, nous avons dû adapter rapidement l’offre pour répondre à la demande. Nous offrons ainsi nos plats aux clients de l’hôtel, mais également aux gens de notre entourage, que ce soit en formule prêt-à-manger ou à préparer style « sous-vide ». En ayant l’équipe du resto 100% dédiée à ce type d’offre, on voit qu’en diversifiant nos produits, nous pouvons répondre à une plus grande clientèle.]

Julie Anna : Ce que j’ai trouvé de positif, c’est que ça m’a rappelé pourquoi j’aimais autant la restauration. De voir à quel point ça fait plaisir aux gens de venir récupérer leur take-out, c’est magique! Ça m'a redonné la force de continuer à me battre pour réussir.

Quels conseils donneriez-vous à ceux et celles qui aspirent à se lancer dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme?

Paméla : Si j'ai à donner un conseil aux étudiants actuels ou futurs de l'ITHQ, c'est de faire des stages et de s'investir dans la vie associative [pendant leurs] études. Ça donne beaucoup de bagages et ça nous permet de pratiquer tout ce qu'on apprend en théorie.

Julien : L'hôtellerie, la restauration et le tourisme font partie des plus beaux métiers. Cela dit, il faut être passionné et prêt à travailler [fort]. Ce sont des métiers qui ont besoin de gens créatifs, passionnés et prêts à mettre beaucoup d'efforts dans leur carrière. Ce sont des métiers qui te permettent d'évoluer rapidement, de faire des voyages, d'élargir ton réseau, etc.

Julie Anna : Il ne faut pas réfléchir, il faut y aller! [...] Ça en vaut vraiment la peine. Just do it!

Quels sont vos souhaits pour l’avenir?

Paméla : Que le tourisme soit plus écoresponsable qu'il ne l'est en ce moment. C'est une de nos priorités dans notre entreprise. Nous voulons faire attention à la nature et suivre une démarche écoresponsable, que ce soit dans nos achats ou dans les services que nous offrons. 

Julien : Très bonne question (rire). Mon souhait c'est de retrouver un quotidien normal. Nous allons sans doute avoir une nouvelle réalité, mais il faut continuer à encourager nos restaurants québécois, nos hôteliers, etc.

Julie Anna : Je souhaite la santé à tout le monde. J’espère que tous les restaurants vont réussir à tirer du bon de cette [attente]. Il faut être patient.

Tout ça te donne le goût d'aller à la rencontre de personnes aussi passionnantes que Paméla, Julien et Julie Anna? Si leur parcours te donne envie de te lancer dans l'aventure, tu peux participer aux portes ouvertes virtuelles de l'ITHQ qui se dérouleront le 6 février prochain.

Pour t'inscrire à l'événement, c'est juste ici

Si tu souhaites en apprendre davantage à propos des formations offertes, tu peux consulter le site Web de l'ITHQ ou encore sa page Facebook ou Instagram.