Mobile sign in image
Sign in
FR - Nouvelles

Agressions sexuelles : Deux violeurs de Gatineau plaident coupables

Les deux hommes droguaient de jeunes femmes rencontrées en ligne.
Deux violeurs de Gatineau plaident coupables à des crimes à nature sexuelle

Deux hommes de Gatineau, Vincent Carrières et Michel Giroux, qui droguaient de jeunes femmes rencontrées en ligne afin de les violer sauvagement, ont chacun plaidé coupables à plusieurs crimes de nature sexuelle au palais de justice de Gatineau, vendredi dernier.  

Attention, nous désirons vous avertir que cet article contient du contenu graphique qui pourrait choquer certains lecteurs.

Les deux hommes, âgés de 28 et 29 ans, étaient des adeptes des applications de rencontre en ligne, comme Tinder ou Bumble. En 2018 seulement, ils ont fait cinq victimes, rapporte le Journal de Montréal.

Leur modus operandi était bien précis: Giroux ciblait les femmes en ligne, qu’il invitait ensuite dans des bars, avant de les ramener chez lui.

Une fois là-bas, il leur faisait boire un verre dans lequel il mettait, à leur insu, de la drogue du viol afin qu’elles perdent connaissance et qu’il puisse assouvir ses pulsions sexuelles.

Il laissait également ses amis participer au viol. C'est le cas de Vincent Carrières, qui a également reconnu sa culpabilité au palais de justice de Gatineau, vendredi. 

Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG)

Michel Giroux avait pour sa part longtemps nié tout crime.

Il avait d'ailleurs publié un long message sur Facebook, alors qu'il était détenu au centre de détention de Hull et qu'il avait une ordonnance de non-publication

Par les propos tenus dans la publication, il se défendait de son accusation en prenant la position de la victime dans l'affaire, en plus de donner également des détails sur son dossier.

Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG)

Michel Giroux reprochait aux médias et au public de l'avoir déjà condamné. Il croyait alors que c'était uniquement par jalousie ou par rancœur qu'il était accusé par ces femmes. 

Finalement, il aura plaidé coupable vendredi d'agression sexuelle causant des lésions et avec la participation d’un tiers. 

Selon les informations du Journal de Montréal, les accusations des deux hommes pourraient maintenant leur valoir jusqu’à sept ans d’incarcération.

Le juge devrait rendre sa décision le mois prochain, a indiqué le journal Le Droit.