Sign in
FR - Vedettes

La youtubeuse Eliane Duquet s'ouvre sur la pression mise sur les nouvelles mamans

« Ma face c’est ma face, je ne vais pas m’excuser à chaque fois. »

Il y a plusieurs semaines déjà, la youtubeuse donnait naissance à sa petite fille, qui est maintenant âgée d’un peu plus de deux mois. Sur ses réseaux sociaux, la nouvelle maman respire le bonheur, mais les responsabilités d’être parents sont bien présentes, tout comme les commentaires non sollicités sur son apparence. Ainsi, Eliane Duquet s’ouvre sur la pression mise sur les nouvelles mamans.

Lors d’une story Instagram, la nouvelle maman commence en annonçant qu’elle veut partager une petite réflexion avec ses abonnés.

La sélection de l'éditeur : La SAQ va augmenter le prix de 1 828 produits à partir de la semaine prochaine

Elle explique ensuite que bien qu’elle en parle habituellement avec humour, elle ne comprend pas que certaines personnes prennent le temps de lui mentionner à quel point ses cernes sont apparents sans maquillage :

« Oui j’ai des cernes depuis toujours, très foncé, avant même d’être mère, fait qu’imaginez-vous donc, c’est pire que pire depuis que je dors plus.

« Mais je trouve ça fou qu’on prenne la peine de mentionner ça, sachant que je viens d'avoir un nouveau-né, puis même si je venais pas d’avoir un nouveau-né, est*, c’est pas de vos affaires de quoi ma face a l’air. »

Elle souligne qu'elle ne souhaite pas avoir à prévenir les gens qu’ils s’apprêtent à voir son visage sans maquillage ou sans filtre, chaque fois qu’elle partage une vidéo d’elle.

« Je trouve ça fascinant la pression qu’on se met en tant que nouvelle mère […] les nouvelles mère en particulier, c’est comme s’il fallait que nos vies soient donc parfaites du jour au lendemain. Il faut avoir all things figured out quand c’est pas ça pas en toute

« Il y a des journées que je prends le temps de me chixer, il y a des journées où je reste en pyjama puis j’ai l’air de ça, mais c’est pas vrai que je vais commencer à filtrer 100 % de mon contenu pour vous montrer juste quand je me mets “belle.” »

Elle affirme qu’elle ne s’excusera pas pour son apparence : 

« Ma face c’est ma face, je ne vais pas m’excuser à chaque fois, ça n’a pas d’allure. »

Elle raconte ensuite une anecdote qui l’a beaucoup fait réfléchir alors qu’elle est allée se faire couper les cheveux récemment.

Après avoir appris qu’elle avait un nouveau-né, la coiffeuse lui aurait, en toute bonne foi, parlé de son poids :

« La première chose qu’elle m’a mentionnée, vraiment là, c’était “Ah okay, ça fait pas longtemps que tu accouché? Mon Dieu t’as pas dû prendre beaucoup de poids pendant ta grossesse hein, il doit te rester quoi, à peu près 7-8 livres à perdre?” »

Elle se questionne ensuite sur cette mentalité du bounce back, soit la pression mise sur les femmes de retrouver leur taille d’avant, rapidement après avoir donné naissance : 

« Je viens de créer un humain pendant neuf mois là, c’est quand même un bon challenge d’une vie, puis automatiquement les femmes qui viennent d’accoucher, notre mission ça serait de rentrer dans nos jeans d’avant? Vraiment là, c’est ça le but ultime dans tout ça? » 

Bien qu’elle sait que les intentions de son interlocutrice étaient bien fondées, elle dit que ce genre d’instance ne devrait pas arriver et que ça démontre comment cette notion du poids et de la maternité est problématique.

*Cet article a été mis à jour