La plateforme de partage d'images exclusives OnlyFans existe depuis 2016, mais a explosé en popularité en 2020 alors que plusieurs personnalités publiques québécoises ont commencé à l'utiliser pour du contenu érotique et payant. Naïla, comédienne et activiste, est l'une d'elles et a accepté de tout dévoiler à Narcity sur ce qui est actuellement son gagne-pain.

OnlyFans est, de base, un site où les créateurs peuvent partager du contenu en tout genre en offrant des abonnements mensuels à leurs fans.  

La sélection de l'éditeur : Alanis Desilets va être maman et l'annonce de façon adorable

Naïla, qui produit du contenu pour adulte sur la plateforme depuis 2020, est reconnue comme étant une personne engagée sur les réseaux sociaux. Elle aborde fréquemment les enjeux du racisme, du féminisme ainsi que de l'acceptation de soi. 

Au moment de publier ces lignes, le prix d’un abonnement à son compte coûte 8,99 $ US par mois, 53,94 $ US pour 6 mois ou 86,30 $ US pour 12 mois, selon le forfait choisi. Naïla affirme qu’elle ne souhaite pas que son salaire soit dévoilé au public, mais que ça « paye le loyer ».* 

Qu’est-ce qui t’a poussée à lancer ton compte OnlyFans?

« Depuis le confinement, comme tout le monde. (rires) J’avais Snapchat avant, mais ce qui m’a fait me lancer spécifiquement sur OnlyFans, c’est que ça devenait mainstream. C’était le moment de surfer sur la vague pour avoir des clients là-dessus. »

Comment ont réagi les gens autour de toi?

« Mes abonnés étaient surpris. En fait, personne ne me croyait la première fois que je l’ai dit.

« Je l’ai annoncé en mai sur Internet, mais c’est en mars que je l’ai commencé. Ma famille l’a su en mai parce que je faisais plein de story pour dire "dites à mon père de me bloquer parce que je ne veux pas qu’il voie mes fesses sur Instagram."

« Ma mère m’a vraiment fait comprendre qu’elle m’aime, elle ne comprend pas, mais elle m’aime, elle ne veut rien savoir de ce monde, mais elle m’aime. 

« La plupart de mes cousins m'ont presque tous appelée pour me dire qu'ils me supportent et que si j'ai besoin de quoi que ce soit ils sont là. 

« J’ai pas non plus 18 ans et deux jours. Je pense que c’est vraiment correct que je prenne mes propres décisions aussi. »

Comment as-tu bâti ton audience?

« C’est sûr que je fais de la publicité sur plein de sites différents. Des sites de contenu pour adultes, je vais sur Reddit, sur Twitter, sur Instagram. J’avais fait un compte Instagram séparé juste pour ça.

« Je fais des shout outs avec d’autres filles. J’ai des amies d’OnlyFans et j’envoie ma photo avec un texte, elle m’envoie sa photo avec un texte et on se partage les deux sur notre profil.

« Sur OnlyFans, pour faire de l’argent, ton temps il faut que tu le mettes partout sauf sur OnlyFans. Tu crées ton contenu, oui, mais il faut que tu aies des gens sur ton compte pour voir le contenu. »

Est-ce que ton contenu reflète, d’une manière ou d’une autre, tes idéaux engagés?

« Non, pas mon contenu en tant que tel. Je veux dire, je me mets pas les seins à l’air avec Black Lives Matter écrit. Ils sont là pour s’amuser aussi, ils sont là pour décrocher.

« Dans mes réponses, oui. Je reste moi. Si quelqu’un est comme "Oh my god, j’ai toujours voulu une noire!" Je suis obligée de leur mentionner que c’est un problème.

« La plupart du temps ils comprennent et s’excusent. »

As-tu vécu des expériences négatives avec la plateforme ou les fans?

« C’est sûr qu’il y a des gens qui, des fois, sont trop insistants. Mettons quelqu’un qui veut une pratique que je ne fais pas, il la redemande et la redemande.

« Garçon, j’ai dit non, je sais pas ce qui est pas clair. J’étais comme "je sais pas si le consentement, c’est quelque chose qui a été appris par chez vous" et des fois ils arrêtent. »

Quels sont les désavantages de la plateforme, selon toi?

« Pour les créateurs et les créatrices, OnlyFans prend 20 %. Ça ne me dérangerait pas s’ils en prenaient moins, maintenant que c’est full à la mode.

« Sur Snapchat, si quelqu’un prend un screenshot, tu le sais. Peut-être ajouter quelque chose comme ça pour qu’on sache directement qui vole le contenu.

« Si quelqu’un sort le contenu de la plateforme, OnlyFans les poursuit directement. Techniquement, même moi, je ne pourrais pas prendre une vidéo que j’ai mise sur mon OnlyFans et la mettre ailleurs parce qu’une fois que c’est sur leur plateforme, ils considèrent comme s’ils ont tout le droit d’auteur.

« Avant, je pouvais faire une vidéo et la bloquer à 200 $, maintenant c’est 100 $. Dans les publications que tu peux faire payantes, avant le maximum c’était 100 $ et là c’est rendu 50 $.

« Dernière chose, c’est que c’est pas une application, c’est juste un site Internet. Ça pourrait être une app, ce serait bien pratique. »

Qu'est-ce qu'on doit vraiment savoir sur le sujet?

« Si quelqu’un pense à faire ça, je dis qu’il faut y penser à dix fois avant parce que c’est pour toujours. Quand tu commences, il faut que tu sois vraiment prêt à te faire hacker.

« Ça reste du travail du sexe alors les gens vont te juger, t’envoyer promener. Les gens vont penser tout d’un coup que les livres que tu as lus, tu ne les as plus lus.

« Les gens vont te dire que tu es à l’argent. Tout le monde a besoin de payer son loyer, mais les gens vont plus juger les travailleuses du sexe. Ils vont penser que tu ne fais rien.

« Si quelqu’un commence, il faut qu’il sache que, peu importe le 40 heures que tu vas mettre là-dessus, les gens vont quand même te dire que c’est facile. »

* Cet article a été mis à jour.