Mobile sign in image
Sign in
FR - Contenu sponsorisé

Ces 4 personnalités québécoises abordent la question du tatouage

Se faire tatouer, est-ce que ça fait mal?
Ces 4 personnalités québécoises abordent la question du tatouage

S’il y a un sujet qui fait jaser, c’est bien le tatouage. Qu’il soit révélateur d’une passion, mode d’expression personnelle ou symbole spirituel, cet art millénaire suscite généralement beaucoup de curiosité et d’interrogations.

D’ailleurs, parmi les questions qui reviennent souvent, on entend régulièrement celle-ci : Est-ce douloureux de se faire tatouer? Des personnalités québécoises y répondent dans le cadre de la toute nouvelle série Encré dans la peau, présentée sur Unis TV.

La série plonge au cœur de la scène montréalaise du tatouage en donnant la parole à quatre tatoueurs de renom, ainsi qu’à leurs clients. Ils nous révèlent les histoires souvent très personnelles qui se cachent derrière leurs tatouages et évoquent la popularité grandissante de cet art si particulier.

Parmi les invités, Nico Archambault, Marie-Lyne Joncas, Safia Nolin et Jonathan Roberge abordent avec humour et franchise le sujet de la douleur, qui peut être assez intense sur certaines zones du corps!

Que tu sois simplement curieux, en train de planifier ton premier tatouage ou que tu viennes tout juste de terminer ta full sleeve, Encré dans la peau te permettra de découvrir cet univers plus en profondeur cet automne.

Une chose est certaine, tout le monde semble réagir différemment face à la douleur.

Pour l'humoriste Jonathan Roberge, « la douleur d'un tatouage, c'est un peu comme un coup de soleil. Pis là, tu serais en shorts et tu irais faire du Rollerblade, de reculons, dans la garnotte, dans une pente en gravier. Pis là, tu tombes pis tu frottes ton coup de soleil sur la garnotte ». 

Agréable, non?

Selon la comédienne Marie-Lyne Joncas, ça dépend vraiment de la partie du corps tatouée : « Un centimètre, c'est l'enfer, tu pourrais t'évanouir. Pis l'autre centimètre à côté, tu ne sens rien. »

Certaines zones semblent toutefois faire l'unanimité, alors que les côtes, l’intérieur du biceps, les doigts et le cou reviennent souvent dans les témoignages comme étant des endroits plus sensibles.

Si tu te fais tatouer sur l'une de ces régions, tu risques de verser une petite larme... Courage!

Du côté de l'auteure-compositrice-interprète Safia Nolin, celle-ci affirme que les tatouages réveillent quelque chose en elle, ce qu'elle apprécie tout particulièrement.

Cependant, le chorégraphe Nico Archambault précise que « la douleur [...], c'est très, très, très subjectif. En fonction de l'heure de la journée, ce que tu as mangé, comment tu as dormi, si tu es en forme ou pas, comment tu te sens émotionnellement, on va ressentir la douleur de façon différente ».

Encré dans la peau est également une belle occasion de balayer les idées reçues et d’approfondir certains aspects passionnants du tatouage, tels que la réflexion menant à la volonté de se faire tatouer, le lien entre le client et son tatoueur et les différents courants artistiques, entre autres.

Tu pourras découvrir la série à partir du jeudi 15 octobre à 20 heures sur Unis TV.

Les plus impatients trouveront les 3 premiers épisodes en ligne dès maintenant... Tu ne veux pas rater ça!

Tu peux également voir d’autres capsules inédites d'Encré dans la peau sur la chaîne YouTube d’Unis TV. Suis les pages Facebook et Instagram d’Unis TV pour ne rien manquer de la série!

La dramatique série sud-coréenne Squid Game, soit Le jeu du Calmar en version québécoise, a explosé au cours des dernières semaines partout à travers le monde. Si bien que la série est en voie de devenir l'un des plus grands succès de Netflix en surpassant Bridgerton, selon les dires de Ted Sarandos, directeur général et directeur du contenu de Netflix.

Si tu as écouté la série qui traite d'inégalités sociales et qui montre jusqu'où certains humains pourraient se rendre pour se sortir de la misère financière, tu es sans doute devenu.e accro. Comme toute bonne série, en plus de tromperies et de violence, on retrouve des personnages attachants chez qui on pourra se reconnaitre par moments.

Le jeu du Calmar est présentement sur toutes les lèvres, et si tu as tripé, voici neuf « memes » qui te feront vivre des émotions.

Continuer à lire Show less

Bamboo Underwear a doublé son chiffre d'affaires malgré le départ d'Élisabeth Rioux

La compagnie se lance dans le loungewear et les maillots très bientôt.

Après avoir connu un boom de popularité au cours des dernières années, les entrepreneurs derrière la marque de sous-vêtements québécoise Bamboo Underwear se sont présentés à l'émission Dans l'oeil du dragon, et on peut dire qu'ils ont su attirer l'attention. 

Dans l'épisode diffusé ce 19 avril, les quatre actionnaires de la compagnie soit Mathieu Landry-Girouard, Jules Marcoux, Philippe Ouellet-Thivierge et Hugo Garneau-Boisvert ont réussi à faire l'une des plus grosses ententes vues à l'émission. 

Continuer à lire Show less

Guillaume s'ouvre sur son expérience et la fin de son parcours à Star Académie

Pense-t-il que la demi-finale entre garçons l'a désavantagé?

Le premier round des demi-finales de Star Académie a eu lieu le dimanche 18 avril et c'est William Cloutier qui a remporté le vote du public, ce qui fait de lui l'un des deux finalistes. Guillaume Lafond, le chouchou des fans rentre donc chez lui.

Avec Jacob Roberge, les trois hommes qui s'affrontaient pour une place en finale étaient tous grandement aimés chez les Québécois et Guillaume, pour sa part, a été sauvé trois fois par ceux-ci depuis le tout début de l'aventure.  

Continuer à lire Show less

William Cloutier s'ouvre sur sa victoire en demi-finale et sa compo qui a marqué le Québec

Il confie que la grande popularité de Guillaume lui jouait bien dans la tête.

Ce dimanche 18 avril, William Cloutier a réussi à renverser la tendance à Star Académie et voler le coeur du public avec une interprétation émouvante de sa propre composition, Si pour me voir

Jusqu'à maintenant, Guillaume Lafond et Jacob Roberge avaient des parcours sans faille auprès du public, étant sauvés par ce dernier à toutes leurs mises en danger.

Continuer à lire Show less