Mise à jour, 14 août 2020, 16 h 10:  « Un phoque à capuchon juvénile nage dans la rivière Richelieu depuis hier. Après analyses des photos, le phoque vu à l'ile Ste-Hélène/Boucherville n'a donc pas été vu à Sorel, [mais]d'un autre individu de la même espèce et d’âge similaire », dit le Réseau québécois Urgences mammifères marins.


Le Saint-Laurent, il est long, et il faut en faire du chemin pour arriver à Montréal. Après un rorqual à bosse échoué dans le fleuve en mai dernier, c'est au tour d'un phoque d'être aperçu sur la Rive-Sud, mais il est finalement mort.

Arrivé à l'île Sainte-Hélène le 24 juillet dernier, l'organisme Réseau québécois Urgences mammifères marins s'est mis à suivre ce petit phoque à capuchon.

C'est un résident de la région qui a aperçu le petit mammifère, dans les derniers jours, alors qu'il était, au moment de la rencontre, à la marina de Boucherville.

Après cette courte escapade aux Îles-de-Boucherville et à Sorel-Tracy, hier soir, il est revenu sur ses pas.

C'est à ce moment que les vétérinaires ont pu l'examiner.  Il semblerait que le phoque était « grandement malade » et a dû être euthanasié, selon la porte-parole de l'organisme, Marie-Ève Muller.

« Il avait le potentiel d’être contagieux, puisqu’ils peuvent être porteurs de maladie contagieuse et dangereuse pour les autres mammifères, dont les humains », a affirmé Mme Muller à Narcity.

Elle n’a toutefois pas été en mesure de me confirmer la ou les maladies détectées sur le phoque, mais ajoute que la première année d’un phoque est toujours déterminante.  

« Un phoque sur deux survit à sa première année, précise la porte-parole. C’est une année cruciale au niveau du développement du système immunitaire et de leur autonomie. »

En janvier dernier, un phoque commun avait été aperçu dans les eaux de Verdun et un second en juin, un phoque barbu, cette fois à Laval.

Tous deux sont repartis par eux même.  

Il n’est pas normal que ces animaux se retrouvent dans la région métropolitaine, mais « le manque d’obstacle physique » cause ces déplacements irréguliers, nous confie Marie-Ève Muller.

Selon Pêches et Océans Canada, le phoque à capuchon est divisé en deux populations, dont une qui vit dans l’Atlantique Nord-Ouest, dans les environs du sud du golfe du Saint-Laurent, au large de la côte nord de Terre-Neuve.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications