La grande majorité des secteurs économiques s’est vu être confinée durant plus de deux mois, en raison de la pandémie de COVID-19. Voilà que le directeur de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, s’est avancé ce jeudi en affirmant qu’un confinement total lors d’une deuxième vague n’était pas dans les plans.

L’économie québécoise en a pris pour son rhume dans les derniers mois, avec le confinement des divers secteurs depuis la mi-mars

Depuis maintenant quelques semaines, le Québec est en mode déconfinement, des centres d’achat aux salons de coiffure, ainsi que les restaurants.

Par contre, advenant une seconde vague pandémique de COVID-19 équivalente à la première, est-ce qu’il s’agirait du même sort côté confinement? 

Probablement pas, selon le directeur de la santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda.

« Je pense que de revenir à confinement total, ce n’est probablement pas quelque chose qui va se faire », a-t-il avoué lors du point de presse quotidien. « On a appris plus de choses sur le virus. »

Il avance même que Québec a dû fermer des secteurs économiques « qui n’avaient jamais été fermés ailleurs ».

« C’est sûr que ce qui est le plus essentiel restera probablement ouvert », ajoute le scientifique.

Selon M. Arruda, le tout dépendra des régions.

« Il se peut que plutôt de [confiner] tout le Québec, il pourrait y avoir des confinements localisés. Ça va dépendre de plusieurs facteurs. »

Rappelons que le Grand Montréal a été le principal foyer d'éclosion de la COVID-19 au Canada.

Le Dr Arruda affirme de même qu’en raison des « effets pervers » d’un confinement, « si on confine à tous les ans [la population], ça pourrait avoir un impact » sur la santé mentale des Québécois et des Québécoises. 

« On verra, mais on aura probablement tiré des leçons de cette première vague, notamment en termes de soins et de santé. »

Le Québec arrive vraisemblablement à la fin de la première vague sur son territoire, alors que la province compte moins de 300 nouveaux cas journaliers depuis les huit derniers jours.

Même chose pour le nombre de décès, qui reste en dessous de 50. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter