Un nouveau projet de développement immobilier fait fortement réagir à Laval. Il s'agit de celui prévu sur l'Île-Gagnon et la place Ste-Rose. Des citoyens contre ce plan d'envergure se mobilisent depuis quelques temps déjà. Ils invitent d'ailleurs la population à manifester en kayak à Laval cette fin de semaine.

« Laissez notre île tranquille », c'est le slogan choisi par le groupe, qui rassemble plus de 1 800 personnes sur Facebook.

Ce samedi 8 août, on y organise une manifestions sur l'eau pour montrer son désaccord avec le projet de Novatek, le promoteur.

Au coup de 10 h, les citoyens, munis de kayak, de canot ou de planche à pagaie, sont appelés à se rassembler derrière l’église Ste-Rose et la Berge des Baigneurs. On leur suggère de porter les couleurs de l'événement, soit le vert.

Les organisateurs sont clairs : la manifestation devra se dérouler dans le silence.

Les marcheurs peuvent aussi y participer, en longeant les berges et en empruntant le trottoir.

Se terminant sous le pont, la manifestation s'échelonnera jusqu'à 12 h 30.

Le projet évalué à 800 M$ et dénoncé est donc celui de la construction d'un centre de villégiature sur l'Île-Gagnon. Un hôtel, un complexe bien-être ainsi que deux résidences hôtelières qui compteraient en tout plus de 600 unités sont prévus dans le plan préliminaire.

Et un autre projet, cette fois sur la place Ste-Rose, fait aussi partie du débat. Il comprend quant à lui une salle de spectacle, un hôtel, une résidence pour aînés, un CHSLD ainsi que quatre immeubles résidentiels locatifs.

Selon plusieurs citoyens et organismes, ces deux plans de développement immobilier mettraient fortement en péril la conservation de la faune et de la flore du secteur.

« Le Parc est un site vivant et accueillant. Nous avons choisi de protéger un bien commun. Nous ne l’avons pas fait uniquement pour l’humain, mais aussi au bénéfice de la faune et de la flore », souligne Jean Lauzon, cofondateur du refuge faunique Parc de la Rivière-des-Mille-Îles.

Des fondations, des organismes, dont le WWF, et des politiciens s'affichent aussi contre le projet.

Le manoir se trouvant actuellement sur l'Île-Gagnon et qui sera reconverti en restaurant et salle de réception si le projet va de l'avant, a appartenu à Céline Dion et René Angélil.


Photo de couverture utilisée à titre indicatif. 

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter