Plusieurs Québécois quittent le froid pour des destinations soleil, malgré la non-recommandation du gouvernement du Canada. Un test de dépistage de la COVID-19 sera prochainement obligatoire pour chaque voyageur souhaitant revenir au Canada, mais cette mesure gouvernementale est remise en question. 

Le chef des soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dr François Marquis, a affirmé à TVA Nouvelles que ces tests obligatoires pourraient créer un faux sentiment de confiance aux personnes qui recevront un résultat négatif.

Les gens risquent de faire leur test à un moment où ils sont le plus susceptibles de faire un faux négatif.


Dr François Marquis

Avec ce faux sentiment de sécurité, la personne prendra l’avion et pourrait contaminer les autres passagers et sera tentée « de ne pas respecter [sa] quarantaine », puisqu’il est « négatif », dit-il. 

« Est-ce qu’on peut vraiment faire confiance à un test qui a été fait dans un pays qui a tout à gagner à se débarrasser de quelqu’un qui est malade », se questionne également Dr Marquis.

Un voyageur ne respectant pas sa quarantaine, en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine, court le risque de se faire imposer une amende allant jusqu’à 750 000 $.

« Même s’ils paient une amende, ça n’aide pas le système de santé », souligne François Marquis.

« Ce n’est pas de l’argent des amendes dont j’ai besoin [mais] d’une population en santé qui ne tombe pas malade », martèle-t-il.

Rappelons que le gouvernement du Canada a annoncé que le suivi des quarantaines obligatoires, lors d’un retour au pays, sera renforcé. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications