Sign in

Après avoir déclaré que la situation était critique dans certains secteurs en zone orange, François Legault a annoncé un retour en zone rouge pour quatre régions du Québec et un confinement encore plus strict pour trois secteurs en particulier. 

L'Outaouais, la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent passeront au palier d'alerte maximale dès le 1er avril. Des sous-régions de ces territoires seront quant à elles mises sur pause. 

La sélection de l'éditeur : Un candidat se fera «flusher» à L'Amour est dans le pré et voici quelques indices (VIDÉO)

Quelles sont les villes en confinement strict?

« À compter de demain 20 h, à Québec, Lévis et Gatineau, on va mettre ces sous-régions sur pause pour une période d'une dizaine de jours », a annoncé le premier ministre en point de presse ce mercredi 31 mars.

Les commerces non essentiels, les écoles, les gyms, les cinémas, théâtres, musées, salons de coiffure et autres devront donc fermer jusqu'au 12 avril.

Le couvre-feu de 20 h à 5 h sera aussi de retour durant cette période. 

Ces mesures s'appliqueront plus précisément dans la Communauté métropolitaine de Québec, incluant Lévis, dans la ville de Gatineau et dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais. 

Quelles sont les régions en zone rouge?

À partir du 1er avril, l'Outaouais, la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent passeront de l'orange au rouge. Les restaurants devront donc fermer. 

À cela s'ajoutent les régions de Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière et la Montérégie qui était toujours au palier d'alerte maximale. 

Dans ces zones, sauf pour les trois villes mentionnées plus haut, le couvre-feu devrait demeurer de 21 h 30 à 5 h.

Est-ce que d'autres changements sont prévus?

« Ça va évoluer, fort probablement que dans les prochains jours on va ajuster les mesures selon les régions », a spécifié M. Legault.  

Il a aussi rappelé que « ça peut exploser dans n'importe quelle région », car les variants sont très transmissibles et leur impact est plus rapide. 

« On est mieux de prendre une décision imparfaite, mais plus rapidement, que d'attendre trop longtemps », a dit le premier ministre. 

Le long congé de Pâques inquiète aussi les autorités et M. Legault a insisté en demandant aux Québécois de « fêter Pâques chacun chez soi ».