Sign in
FR - Vedettes

District 31 : Marc Fournier révèle à quoi on peut s’attendre d’Yves Jacob prochainement

« C’est la cible parfaite pour être détesté des téléspectateurs. »
 District 31: Marc Fournier révèle à quoi on peut s’attendre d’Yves Jacob prochainement

Les dernières semaines auront été hautes en rebondissements dans la série radio-canadienne District 31. L’assassinat de Virginie Francoeur, le meurtre du juge Pelland et... Yves Jacob en « agent double ».

Narcity Québec s’est entretenu avec l’homme derrière l’un des personnages les plus détestés de la quotidienne chouchou des Québécois, Marc Fournier.

La sélection de l'éditeur : Cette patinoire à moins de 2 h de Montréal offre une belle glace lisse dans les bois

Sent-il que l'opinion des téléspectateurs a changé à l'égard d'Yves Jacob dernièrement?

Yves Jacob, qui ne devait apparaître dans la série que pour deux épisodes initialement, c’est « la cible parfaite pour être détesté des téléspectateurs », lance le comédien en riant.

Marc Fournier précise que son personnage a beau faire les choses les plus abjectes aux personnages principaux, « c’est celui qui pointe le bobo du doigt » qui se fait détester.

« T’as juste à faire dire à Bruno [Gagné] “cette ostie de face à claque là est encore icitte aujourd’hui” que les réseaux sociaux vont suivre. »

Concernant les commentaires sur les réseaux sociaux, il dit faire attention.

« J’essaie que ce ne soit pas un des moteurs de mon travail », affirme l’homme qui a 20 ans de métier derrière le badge.

Avant, « il y avait comme un amour pour mon personnage », dit-il, citant des exemples, comme « Osti qu’on t’hait, mais tu fais bien ta job. On aime ça quand t’arrives pour brasser de la marde ».

Or, depuis le dévoilement du double-jeu d’Yves Jâcob, comme il aime bien le dire, de nouvelles formes de preuve d’amour surgissent.

« Là, récemment, on est dans les “On est content pour Yves Jacob. Tu fais bien ta job, on avait besoin de toi là.” »

Il avoue essayer de rester « zen » face à tout ça, « parce que ce n’est pas Marc Fournier qui reçoit cet amour, c’est Yves Jacob ».

Il ajoute toutefois que « c’est le fun, un beau défi » de jouer un personnage détesté, bien qu'il ne refuserait pas un rôle dans une comédie, lui qui était reconnu par ses pairs à ses débuts à Trois-Rivières comme un clown.

À quoi peut-on s’attendre d'Yves Jacob dans les prochaines semaines?

C’est la « pointe de l’iceberg » de ce qu’on a vu dans les dernières semaines de sa relation avec le directeur du Service de police du Grand Montréal (SPGM), Carl St-Denis, confirme Marc Fournier.

« La mission va se préciser », dit-il. « Je pense que ce qui va être le plus marquant pour le personnage, c’est le fait que Yves Jacob joue le tout pour le tout. »

Selon le Trifluvien, ce changement de cap fait en sorte que Jâcob « perd tous ses alliés en essayant d’en acquérir ».

« Ça va être ça son défi, en acceptant ce mandat-là, de sauver sa peau le mieux qu’il peut pour en ressortir gagnant », lance-t-il.

Yves Jacob est en train de « tisser des affaires vraiment serrées et ça aura du sens tout ça », confirme Marc Fournier, qui concède que les téléspectateurs peuvent être mélangés en ce moment.

Ils verront qu’il y a des liens entre les différentes histoires, dit-il, en reprenant l’analogie de l’effet papillon qui stipule qu’un battement d’ailes d’un papillon peut avoir un impact sur l’environnement, même à des milliers de kilomètres de distance.

Quant à Emmanuel Jean, le suspect inculpé pour le meurtre de Virginie Francoeur, « on n’a pas fini de découvrir comment ça se fait que lui se soit retrouvé là-dedans », avance-t-il, sans en dire plus.

« La magie de District 31, c’est que tu peux voir un personnage il y a trois ans et ne pas savoir qu’il est en lien avec des histoires qui se passent en ce moment », affirme Fournier.

Que souhaite-il à Yves Jacob d'ici la fin de la saison?

L’interprète affirme qu’il aime la position actuelle de son personnage, qu’il décrit comme un « électron libre » malgré lui.

« On se rend compte que ce n’est pas un [cave], il est quand même intelligent, il a une éthique de travail », dit-il. « Je pense que ça aussi ça permet de le faire gagner en sympathie auprès des telespectateurs. »

« Je trouve que ça lui donne une force [...], mais je souhaite juste que cette mission-là ne lui fasse pas perdre trop de plumes et qu’on se revoie en saison 6, qui a été confirmée dernièrement », confie-t-il.

Quant à un possible poste de sergent-détective au poste 31, le comédien avance en riant que ce serait « un rêve de travailler cinq jours par semaine sur ce plateau-là ».

« C’est une belle gang ! », s'est-t-il exclamé.

Les épices de latte à la citrouille parfument l'air, la mijoteuse est sortie et la brise fraiche du matin te rafraîchit les narines : oui, ça sent l'automne. Les paysages verdoyants se transforment tranquillement pour revêtir leurs teintes chaleureuses et une carte des plus belles couleurs de l'automne au Québec te permet de ne rien rater de ce spectacle bucolique.

La saison des couleurs n'arrive pas du jour au lendemain ni partout en même temps dans la province, alors c'est pratique de savoir où elles sont à leur apogée pour pouvoir en profiter au maximum lors de ton prochain road trip.

Continuer à lire Show less

La tension est palpable sur les réseaux sociaux quant à savoir si le psychopathe de District 31, Yanick Dubeau, est réellement mort ou s'il fera un comeback. Au grand dam des fans de la série chouchou de la province, Patrice Godin, va péter leur bulle.

Au micro de Paul Arcand, sur les ondes du 98,5 FM, l'acteur et comédien a finalement démenti les rumeurs entourant l'avenir de son personnage malaimé, mais ô intrigant, alors qu'il était de passage pour parler de son nouveau livre, Toutes les vies possibles.

Continuer à lire Show less

Plus le temps passe, plus la quatrième vague de COVID-19 prend du terrain d'un bout à l'autre du pays. Pour contrer le tout, de plus en plus de provinces canadiennes ont opté pour l'instauration d'un passeport vaccinal pour avoir accès à différentes activités non essentielles.

Que ce soit pour aller prendre un verre au bar du coin, manger une bouchée au restaurant d'à côté ou lever des poids au gym du quartier, ce ne sont pas toustes les Canadien.nes qui y ont accès. L'objectif est d'abord d'aplatir la courbe d'infections causée en grande partie par le variant Delta.

Continuer à lire Show less