District 31 : Marc Fournier révèle à quoi on peut s’attendre d’Yves Jacob prochainement

« C’est la cible parfaite pour être détesté des téléspectateurs. »
Journaliste nouvelles, Narcity Québec
 District 31: Marc Fournier révèle à quoi on peut s’attendre d’Yves Jacob prochainement

Les dernières semaines auront été hautes en rebondissements dans la série radio-canadienne District 31. L’assassinat de Virginie Francoeur, le meurtre du juge Pelland et... Yves Jacob en « agent double ».

Narcity Québec s’est entretenu avec l’homme derrière l’un des personnages les plus détestés de la quotidienne chouchou des Québécois, Marc Fournier.

La sélection de l'éditeur : Cette patinoire à moins de 2 h de Montréal offre une belle glace lisse dans les bois

Sent-il que l'opinion des téléspectateurs a changé à l'égard d'Yves Jacob dernièrement?

Yves Jacob, qui ne devait apparaître dans la série que pour deux épisodes initialement, c’est « la cible parfaite pour être détesté des téléspectateurs », lance le comédien en riant.

Marc Fournier précise que son personnage a beau faire les choses les plus abjectes aux personnages principaux, « c’est celui qui pointe le bobo du doigt » qui se fait détester.

« T’as juste à faire dire à Bruno [Gagné] “cette ostie de face à claque là est encore icitte aujourd’hui” que les réseaux sociaux vont suivre. »

Concernant les commentaires sur les réseaux sociaux, il dit faire attention.

« J’essaie que ce ne soit pas un des moteurs de mon travail », affirme l’homme qui a 20 ans de métier derrière le badge.

Avant, « il y avait comme un amour pour mon personnage », dit-il, citant des exemples, comme « Osti qu’on t’hait, mais tu fais bien ta job. On aime ça quand t’arrives pour brasser de la marde ».

Or, depuis le dévoilement du double-jeu d’Yves Jâcob, comme il aime bien le dire, de nouvelles formes de preuve d’amour surgissent.

« Là, récemment, on est dans les “On est content pour Yves Jacob. Tu fais bien ta job, on avait besoin de toi là.” »

Il avoue essayer de rester « zen » face à tout ça, « parce que ce n’est pas Marc Fournier qui reçoit cet amour, c’est Yves Jacob ».

Il ajoute toutefois que « c’est le fun, un beau défi » de jouer un personnage détesté, bien qu'il ne refuserait pas un rôle dans une comédie, lui qui était reconnu par ses pairs à ses débuts à Trois-Rivières comme un clown.

À quoi peut-on s’attendre d'Yves Jacob dans les prochaines semaines?

C’est la « pointe de l’iceberg » de ce qu’on a vu dans les dernières semaines de sa relation avec le directeur du Service de police du Grand Montréal (SPGM), Carl St-Denis, confirme Marc Fournier.

« La mission va se préciser », dit-il. « Je pense que ce qui va être le plus marquant pour le personnage, c’est le fait que Yves Jacob joue le tout pour le tout. »

Selon le Trifluvien, ce changement de cap fait en sorte que Jâcob « perd tous ses alliés en essayant d’en acquérir ».

« Ça va être ça son défi, en acceptant ce mandat-là, de sauver sa peau le mieux qu’il peut pour en ressortir gagnant », lance-t-il.

Yves Jacob est en train de « tisser des affaires vraiment serrées et ça aura du sens tout ça », confirme Marc Fournier, qui concède que les téléspectateurs peuvent être mélangés en ce moment.

Ils verront qu’il y a des liens entre les différentes histoires, dit-il, en reprenant l’analogie de l’effet papillon qui stipule qu’un battement d’ailes d’un papillon peut avoir un impact sur l’environnement, même à des milliers de kilomètres de distance.

Quant à Emmanuel Jean, le suspect inculpé pour le meurtre de Virginie Francoeur, « on n’a pas fini de découvrir comment ça se fait que lui se soit retrouvé là-dedans », avance-t-il, sans en dire plus.

« La magie de District 31, c’est que tu peux voir un personnage il y a trois ans et ne pas savoir qu’il est en lien avec des histoires qui se passent en ce moment », affirme Fournier.

Que souhaite-il à Yves Jacob d'ici la fin de la saison?

L’interprète affirme qu’il aime la position actuelle de son personnage, qu’il décrit comme un « électron libre » malgré lui.

« On se rend compte que ce n’est pas un [cave], il est quand même intelligent, il a une éthique de travail », dit-il. « Je pense que ça aussi ça permet de le faire gagner en sympathie auprès des telespectateurs. »

« Je trouve que ça lui donne une force [...], mais je souhaite juste que cette mission-là ne lui fasse pas perdre trop de plumes et qu’on se revoie en saison 6, qui a été confirmée dernièrement », confie-t-il.

Quant à un possible poste de sergent-détective au poste 31, le comédien avance en riant que ce serait « un rêve de travailler cinq jours par semaine sur ce plateau-là ».

« C’est une belle gang ! », s'est-t-il exclamé.

Jean-Michel Clermont-Goulet
Journaliste nouvelles, Narcity Québec
Recommandé pour toi
Loading...