Lors de la 7e semaine de Big Brother Célébrités, c'est le comédien Emmanuel Auger qui a été évincé de la maison, après avoir chaudement recommandé à ses colocataires de voter pour son départ.

Si Emmanuel avait déjà expliqué qu'il participait dans le but d'amasser de l'argent pour sa famille, il a raconté à Narcity pourquoi, selon lui, le jeu ne valait plus la chandelle. 

La sélection de l'éditeur : 6 différences flagrantes entre Big Brother Célébrités QC et Big Brother Canada


Le salaire de Big Brother

C'est maintenant connu, les participants de Big Brother Célébrités auraient un cachet hebdomadaire allant entre 6 000 et 7 000 $, et donc entre 857 et 1 000 $ par journée passée dans le luxueux manoir.

Ça peut sembler alléchant, mais celui qu'on surnomme Manu explique que même ce montant ne l'a pas convaincu à rester une semaine de plus. 

Les valeurs et l'ambiance du jeu

Ce qu'il est important de savoir, c'est que Manu ne parle pas anglais. Il n'avait donc jamais vraiment écouté Big Brother.

Pour lui, c'était un jeu de défis et d'épreuves, mais les mensonges et manipulations derrière le tout le dégoûtent  : 

« On est avec des êtres humains. Moi mentir fait pas partie de mes valeurs, ça ne fait pas partie de mon ADN. Je suis comme ça, j’ai toujours été comme ça et je vais rester comme ça, même pour un jeu.

« Mais voir qu’il y en a beaucoup qui, ouf, le faisait avec, un plaisir. Il y avait des gens machiavéliques qui le faisaient et ça les excitait de rendre les autres malheureux ou trahir les autres. Ça, ça m’a fait de quoi, ça en dit long sur l’être humain. » 

« Moi à la cinquième semaine j'ai dit aux gens : arrêtez de venir me voir avec vos maudites stratégies de démons. J'étais écoeuré de voir les gens malhonnêtes, pis la game, pis la game, pis la game. »

Le coût de la santé mentale

L'ancien candidat explique qu'on ne peut même pas imaginer ce que c'est que de vivre dans le manoir avec le peu de contenu qu'on reçoit :

« Imaginez-vous être douze heures à quatorze heures à te promener dans une maison et n'avoir rien à faire. [...] Là tu te dis j’erre dans cette maison-là, et je n'ai rien à faire qu'à penser, qu'à réfléchir, qu'à entendre les gens parler les uns contre les autres. D'entendre des choses sur toi qui ne sont pas vraies. Que tu aurais dit telle affaire. »

Après plusieurs semaines à être malheureux, Emmanuel raconte que c'est quelque chose que Varda Étienne lui a dit, avant son départ, qui a tout changé pour lui :

« Y'a pas un signe de piasse qui vaut ta santé mentale. »

Lors de la septième semaine, son départ pouvait jouer contre son alliance. Jean-Thomas lui a donc proposé une toute dernière semaine, et ses alliés allaient même lui laisser la chambre du Patron.

« Ma réaction? Je me suis mis à pleurer. » 

Le comédien trouve important d'être transparent sur son ressenti, et l'importance d'agir quand ça va mal :« Moi, j'étais rendu dans un état psychologique qui était presque une détresse psychologique. »

Il termine en disant que malgré tout l'argent qu'il aurait pu empocher en restant dans l'aventure, rien ne vaut sa santé mentale et son plaisir de retrouver son amoureuse et sa famille. 

« Ce qui était important pour moi au mois de janvier, c'est complètement autre chose aujourd'hui. Je n'ai plus les mêmes valeurs. »