Sign in
FR - Personnalités

Voici ce qu'est devenue Julie-Pier Nadeau, la fillette de « La Boîte à Lunch »

« Une petite boîte, une petite boîte, une petite boîte à lunch! »

Même si les '90s kids ne sont pas la génération Passe-Partout au Québec, ils ont eu leur lot d'émissions jeunesse qui les ont marqués. Parmi celles-ci, on compte bien sûr La Boîte à Lunch, avec la petite Julie-Pier qui rendait tous les écoliers jaloux.

Qui n'a jamais chanté « Une petite boîte, une petite boîte, une petite boîte à lunch! » à l'heure du diner, à la cafétéria?

La sélection de l'éditeur : Ces 11 populaires bars de Montréal ont fermé leurs portes pour toujours en 2020

Certainement un classique de ton enfance, tu seras surpris de voir ce qu'est devenue la comédienne qui jouait le rôle principal, Julie-Pier Nadeau

Maintenant adulte, l'ancienne enfant star est une vraie passionnée de politique. 

UQAM

Diplômée d'un baccalauréat en Relations internationales et Droit international de l'UQAM, elle détient aussi sa maîtrise en Global Politics de la London School of Economics and Political Science et poursuit son doctorat en science politique à l'UQAM

Dans les dernières années, Julie-Pier Nadeau a fait plusieurs apparitions à la télévision en tant qu'analyste politique dans les bulletins d'informations, en plus d'avoir signé de nombreux billets et chroniques politiques dans les journaux.

Elle a certainement eu un automne occupé avec les élections présidentielles aux États-Unis, car elle se spécialise en politique américaine. 

Aux grands maux, les grands remèdes! Ou plutôt dans ce cas-ci : Aux grands maux, les grands chèques. Le gouvernement du Québec a voulu faire « une petite révolution dans la gestion du réseau de la santé » en annonçant des bonis de 12 000 $ à 18 000 $ pour les infirmières à temps plein de la province.

« Ce qu'on a essayé de faire, c'est de penser en dehors de la boîte [...] je dirais même en dehors de la bureaucratie et des anciennes façons de faire », a lancé le premier ministre François Legault, en conférence de presse ce 23 septembre.

Continuer à lire Show less

Ça brasse à l'Assemblée nationale. Le gouvernement caquiste a présenté un projet de loi ce 23 septembre voulant interdire les manifestations anti-vaccins et contre les mesures sanitaires près des écoles, hôpitaux, centres de dépistage ou de vaccination et autres lieux publics de santé ou scolaire.

« Il est interdit à quiconque de se trouver à moins de 50 mètres du terrain des lieux suivants afin de manifester, de quelque manière que ce soit, en lien avec les mesures sanitaires [...] la vaccination contre la COVID-19 ou toute autre recommandation relative à la pandémie de la COVID-19 émise par les autorités de santé publique », peut-on lire dans le document.

Continuer à lire Show less

La rentrée parlementaire fait jaser les Québécois.es sur les réseaux sociaux, depuis que François Legault a traité Gabriel Nadeau-Dubois de « woke », au Salon bleu de l'Assemblée nationale, ce 15 septembre.

Le premier ministre avait alors utilisé maladroitement ce terme pour répondre au député de Gouin pour Québec solidaire qui l'avait comparé à « Marc Duplessis » en le qualifiant de « monarque ». Les Québécois.es se sont donc emparé.es de cette affaire pour y mettre leur grain de sel en détournant cette chicane avec des mèmes hilarants.

Continuer à lire Show less

Peu importe le genre d'un.e député.e, d'un.e chef.fe de parti ou d'un.e maire.sse, la joute politique n'est pas évidente pour tous et toutes. C'est particulièrement le cas pour les femmes et elles en sont conscientes de la pression sur elles, selon ces trois politiciennes québécoises qui rayonnent sur les scènes fédérale, provinciale et municipale.

Narcity s'est entretenu avec la députée libérale fédérale Mélanie Joly, la cheffe de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale Dominique Anglade et la mairesse de Montréal Valérie Plante.

Continuer à lire Show less