Sign in
FR - Nouvelles

Québec explique pourquoi les barrages entre les zones rouges et orange ne sont pas prévus

Est-ce qu'une ruée vers les zones orange est à prévoir?

Si l'annonce du retour en zone orange de certaines régions au Québec fait craindre l'augmentation des déplacements interrégionaux, le gouvernement du Québec ne change pas de position sur les barrages routiers

Dès le 8 février prochain ce sont six régions sociosanitaires qui verront leurs commerces, restaurants, gyms et plus rouvrir leurs portes. 

Néanmoins, aucun point de contrôle n'est prévu pour éviter une ruée des résidents des zones rouges en zone orange. La vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a expliqué cette décision en mêlée de presse ce mercredi 3 février. 

La sélection de l'éditeur : Cette patinoire à moins de 2 h de Montréal offre une belle glace lisse dans les bois

La santé publique ne nous recommande pas de faire des points de contrôle.Geneviève Guilbault

« Nos policiers sont très très occupés par d'autres mesures, entre autres le couvre-feu et le suivi de quarantaine pour ceux qui reviennent de voyage », ajoute Mme Guilbault

Avec la semaine de relâche qui approche à grands pas, la suspension des vols dans le Sud et les attraits que représentent les mesures en zone orange, tous les chefs des partis de l'opposition ont fait part de leur inquiétude et ont réclamé le retour des barrages. 

« Le ton adopté par le premier ministre ressemblait drôlement au ton adopté avant les Fêtes avec les voyages dans le Sud : ce n’est pas recommandé, mais si vous le faites, il ne se passera rien. On devrait envoyer le signal que la Sûreté du Québec veille au grain », a signalé le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon

À cela, Mme Guilbault a répondu que « les déplacements entre les régions sont fortement, fortement déconseillés ». 

Elle ajoute : « On a 15 000 policiers au Québec, on est plus de huit millions, c'est impensable que chaque personne soit surveillée 24/7. [...] On s'en remet toujours à la bonne foi des Québécois. »

Selon le gouvernement, les mesures en place en ce moment fonctionnent, car « depuis l'instauration du couvre-feu, la situation épidémiologique s'est beaucoup améliorée ». 

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

À l'instar de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec, l'Ontario a décidé d'emboîter le pas quant à l'instauration d'un passeport vaccinal pour ses citoyens et citoyennes. Avec leur nouvelle preuve de vaccination, les Ontarien.nes pourront avoir accès à plusieurs lieux et activités non essentielles.

Le gouvernement de Doug Ford a présenté ce mercredi 1er septembre les grandes lignes de ce nouveau certificat vaccinal temporaire qui entrera en vigueur le 22 septembre prochain, lors d'une conférence de presse. Il a rappelé son souhait d'un passeport pancanadien plutôt que par province.

Continuer à lire Show less

La Sureté du Québec (SQ) du Bas-Saint-Laurent est aux aguets, alors qu'une alerte AMBER a été déclenchée tard, mardi le 31 août, pour retrouver un petit bambin de trois ans, vraisemblablement enlevé par son père.

Selon les informations de l'alerte, Jake Côté aurait été enlevé mardi vers 13 h 45 à Sainte-Paule, en périphérie de Matane, par son père David Côté, 36 ans. Ils auraient été vus tous les deux pour une dernière fois dans la rue Banville aux alentours de 17 h 15.

Continuer à lire Show less

Les « jeunes » sont-iels vraiment désintéressé.es par la politique? Pas nécessairement. Que ce soit pour parler de crise du logement, d'environnement ou d'emploi, les 18-34 ans sont là pour faire entendre leur voix et leurs votes ont un impact sur les élections fédérales, selon la députée libérale sortante Mélanie Joly.

Qui ne se souvient pas de la première fois qu'iels ont fait un « X » à côté de son ou de sa candidat.e préféré.e parce qu'iel répondait à ses besoins en tant que citoyen.ne? Le droit de vote, ça le dit, c'est un droit acquis et aller l'exercer, « c'est vraiment important », souligne-t-elle à Narcity entre deux séances de porte-à-porte.

Continuer à lire Show less