Même si la neige est encore bien installée chez nous, la Ville de Québec se prépare déjà à l'été en annonçant plusieurs bonnes nouvelles pour les mois à venir, dont l'ouverture des terrasses qui pourrait se faire dès le mois de mai.

Dans la mesure du possible, les gens de Québec pourront donc profiter de la belle saison ailleurs que sur leurs balcons.

La sélection de l'éditeur : Charles d'OD commente la nouvelle relation amoureuse de son ex Éloise

En conférence de presse le 2 mars, le maire de Québec, Régis Labeaume, a informé la population que le nettoyage des rues et le déneigement des pistes cyclables commenceront dès la fin mars.

« Nous sommes confiants cette année de pouvoir profiter de rues bien nettoyées le plus tôt possible, et de déambuler dans les rues partagées qui seront encore plus attrayantes », dit-il.

Si la température le permet, ces mesures devanceraient la saison de « trois, quatre semaines [...] sur une année normale », selon M. Labeaume.

Par le fait même, les permis de terrasses sont toujours à 50 $ pour les restaurateurs, qui pourront, comme l'an passé, élargir leurs espaces extérieurs dans les espaces de stationnement et les rues piétonnes. La consommation d'alcool sera donc possible dans ces zones élargies, ainsi que dans les parcs.

« Si les commerçants le permettent, [les restaurateurs] pourront même avoir des tables dans la rue et des chaises », avance-t-il.

Lorsqu'un journaliste a rappelé que les gens devront avoir quelque chose à grignoter pour boire dans les parcs, le maire a suggéré en riant que « un Ficello c'est correct! ».

On devrait en savoir plus dans les prochaines semaines pour connaître le nombre de rues piétonnes et les horaires, ainsi que les parcs où on pourra festoyer un peu.

Bien conscient que ce sera le deuxième été en pandémie, il a tout de suite avancé qu'il « est impossible » que tous les grands événements aient lieu cet été, donc on prévoit actuellement de petites prestations culturelles aux quatre coins de la ville.

Et pour s'assurer que tout le monde puisse quand même en profiter, Régis Labeaume a sommé son équipe de ne pas se gêner « pour amener les idées les plus folles ».