Sign in

Plusieurs Québécois quittent le froid pour des destinations soleil, malgré la non-recommandation du gouvernement du Canada. Un test de dépistage de la COVID-19 sera prochainement obligatoire pour chaque voyageur souhaitant revenir au Canada, mais cette mesure gouvernementale est remise en question. 

Le chef des soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dr François Marquis, a affirmé à TVA Nouvelles que ces tests obligatoires pourraient créer un faux sentiment de confiance aux personnes qui recevront un résultat négatif.

La sélection de l'éditeur : 14 restos qui ont fermé définitivement leurs portes dans la région de Québec en 2020

Les gens risquent de faire leur test à un moment où ils sont le plus susceptibles de faire un faux négatif.Dr François Marquis

Avec ce faux sentiment de sécurité, la personne prendra l’avion et pourrait contaminer les autres passagers et sera tentée « de ne pas respecter [sa] quarantaine », puisqu’il est « négatif », dit-il. 

« Est-ce qu’on peut vraiment faire confiance à un test qui a été fait dans un pays qui a tout à gagner à se débarrasser de quelqu’un qui est malade », se questionne également Dr Marquis.

Un voyageur ne respectant pas sa quarantaine, en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine, court le risque de se faire imposer une amende allant jusqu’à 750 000 $.

« Même s’ils paient une amende, ça n’aide pas le système de santé », souligne François Marquis.

« Ce n’est pas de l’argent des amendes dont j’ai besoin [mais] d’une population en santé qui ne tombe pas malade », martèle-t-il.

Rappelons que le gouvernement du Canada a annoncé que le suivi des quarantaines obligatoires, lors d’un retour au pays, sera renforcé. 

Le Canada a remporté 3 médailles en 24 h aux Jeux paralympiques de Tokyo

Trois des athlètes médaillés sont Québécois! 🥇

L'équipe canadienne fait des prouesses sportives, puisqu'elle a récolté trois médailles, ce dimanche 29 août, aux Jeux paralympiques de Tokyo et devient par le même fait le 31e pays le plus décoré avec un total de 11 médailles.

Le Montréalais Brent Lakatos a tout d'abord décroché l'argent au 400 mètres T53 hommes en para-athlétisme. Il s'agissait de sa deuxième médaille d'argent en deux jours, et de la 6e médaille d'argent du Canada depuis le début des Jeux.

Continuer à lire Show less

Plus de 11 000 athlètes à travers le monde vivent actuellement un rêve : atteindre les JO. Maintenant, c'est bien beau de s'y rendre, encore faut-il, si tel est l'objectif, gagner une médaille olympique. Plusieurs des nations représentées à Tokyo 2020 offrent certains cachets à celleux qui en remportent une et il y en a pour tous les portefeuilles.

Au Canada, par exemple, les médailles d'or, d'argent et de bronze valent respectivement 20 000 $, 15 000 $ et 10 000 $. Ça peut paraître beaucoup, mais une fois que tu compares à d'autres fonds monétaires de différents comités olympiques, tu risques de changer d'idée.

Continuer à lire Show less

Ce que tu dois savoir sur Maude Charron, la première québécoise à gagner l'or à Tokyo

Gymnaste, haltérophile, championne olympique et bientôt policière?

Les Jeux olympiques, c'est le moment d'admirer des athlètes des quatre coins du pays, d'un océan à l'autre. C'est encore plus fabuleux d'être témoin de la victoire d'une « fille de chez nous », comme Maude Charron, la première Québécoise à rafler l'or à Tokyo 2020.

Ce mardi 27 juillet, la femme de 28 ans a remporté la deuxième médaille d'or olympique du Canada en haltérophilie, dans la catégorie des 64 kg.

Continuer à lire Show less

C'est un début historique pour le Canada, en ces Jeux olympiques de Tokyo 2020. L'équipe féminine de softball a réussi à monter sur la troisième marche du podium, ce 27 juillet.

C'est une médaille de bronze qui s'est fait enfiler par les 15 Canadiennes ce mardi en battant le Mexique 3 à 2 au Stade de Yokohama au Japon.

Continuer à lire Show less