Les élèves du primaire et du secondaire attendaient la rentrée scolaire depuis des mois, après une pause forcée. Voilà qu’une centaine de jeunes d’une polyvalente de Deux-Montagnes sont de retour à la maison ; une vingtaine de professeurs sont forcés de s’isoler, COVID-19 oblige.

Plus d’un million de jeunes sont retournés sur les bancs d’école cette semaine, marquant ainsi le début d’une année scolaire bien spéciale.

On apprend que la Polyvalente Deux-Montagnes dans les Laurentides, qui accueille quelque 1 700 élèves, est aux prises avec un isolement préventif pour une vingtaine de ses enseignants. 

Ainsi, une centaine d’élèves de 4e et 5e secondaire sont en congé dès la deuxième journée d’école.

Dans un message envoyé aux parents, aussi repartagé sur les réseaux sociaux, la direction de l’école secondaire indique, « par souci de transparence », que « plusieurs enseignants de 4e et 5e secondaire devront être en isolement préventif dès demain, vendredi 28 août, jusqu’au vendredi 4 septembre inclusivement ».

Pourquoi ce branle-bas de combat? La direction indique dans son message que ces enseignants auraient été en contact « rapproché » avec une personne infectée à la COVID-19.

La polyvalente affirme collaborer avec la santé publique de la région.

Quant aux élèves, ils sont forcés d’être en congé, puisqu’il y aurait un manque de personnel, « un enjeu important de disponibilité de ressources humaines », selon la direction.

La directrice des communications du Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSSPI), Valérie Biron, a confirmé à Narcity hier que trois écoles de Montréal étaient aux prises avec un membre du personnel ayant reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

Elle expliquait, entre autres, qu’en raison des mesures de distanciations physiques ayant été appliquées avec rigueur, « seuls quelques membres du personnel qui ont été en contact étroit avec cette personne ont été retirés du milieu ».

Sur la Rive-Sud de Montréal, au Collège français de Longueuil, une classe de 35 élèves a dû être évacuée d’urgence. 

Un parent d’élève aurait contracté la COVID-19 au courant de la semaine, mais aurait tout de même envoyé son enfant à l’école.  

L’enfant en question a été testé et retournera en classe seulement s’il obtient un résultat négatif, a indiqué la direction du Collège Français au Devoir. Les autres élèves, eux, ont le feu vert pour y retourner. 

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications