L'histoire tragique de la fillette de Granby a fait couler beaucoup d'encre depuis sa mort, en 2019. Sa famille accusée de maltraitance et l'intervention de la Direction de la protection de la jeunesse jugée inadéquate ont forcé l'ouverture d'une enquête. Le rapport vient d'être publié et révèle de nombreux manquements dans le processus pour la protéger.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) est l'instigatrice de l'enquête en question. Le 11 août, elle a partagé son rapport, dans lequel on apprend qu'il y aurait eu « des manquements à toutes les étapes du processus clinique et légal ».

Les détails spécifiques au drame de la fillette de Granby ne peuvent, quant à eux, être rendus publics.

Néanmoins, la CDPDJ a émis des recommandations via un communiqué de presse, dans le but avoué d'éviter que de pareils drames se reproduisent.

Suzanne Arpin, vice-présidente de la CDPDJ, s'est exprimée avant d'émettre lesdites recommandations.

« Combien d'enfants devrons-nous encore pleurer, combien d'enfants allons-nous laisser être victimes de maltraitance, victimes de notre tendance à banaliser l'inacceptable? Quand notre système de protection, au-delà des mots, prendra-t-il le parti des enfants et de leurs droits? »

Voici donc ce qui découle, entre autres, du rapport d'enquête.

 

 

De plus « un programme de formation spécifique à la [Loi sur la protection de la jeunesse] et à son application qui serait complémentaire à tous les programmes universitaires » concernés doit être mis sur pied.

La CDPDJ martèle qu'elle pointe du doigt depuis longtemps certains problèmes récurrents en ce qui concerne la protection de la jeunesse au Québec.

Le manque « de formation, de support et de supervision » des intervenants auprès des adolescents et des enfants en fait partie, entre autres.

 

De leur côté, les parents sont toujours en attente de procès, la belle-mère étant accusée de meurtre au deuxième degré et le père de négligence criminelle ayant causé la mort.

Rappelons que, un an après les faits, François Legault avait tenu à souligner la mort de la fillette de Granby.

Partage ton histoire
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter