L'immense mouvement de Black Lives Matter qui a débuté au début du mois de juin a permis d'ouvrir plus largement la conversation sur le racisme systémique et l'inclusivité au Québec. Un mois plus tard, les nommés du Gala Artis ont été révélés et le public réagit, déplorant le manque de diversité de la sélection. 

Le Gala Artis est une soirée de remise prix pour les artistes du domaine télévisuel et les gagnants sont sélectionnés par un sondage fait auprès du grand public. 

Cette année, 80 artistes font partie des finalistes et le public a rapidement pointé le fait qu'il n'y a qu'une seule personne de couleur, soit l'animateur Pierre-Yves Lord. 

Quelques personnalités publiques et activistes ont également commenté la situation qui serait, selon eux, le reflet de l'inégalité des chances et de la discrimination faite aux personnes noires et aux personnes de couleurs dans le domaine du divertissement.

Plusieurs se sont aussi demandé comment une telle situation se forme et comment engendrer un changement dans la société québécoise.

Le manque de diversité en lui même dans le domaine télévisuel est l'une des causes les plus pointées du doigt. 

Alors que le Québec est une province où la diversité ethnique est pourtant vaste, la représentation et l'inclusion des personnes de couleur n'est pas répandu de manière égale dans le monde du divertissement.

Certains commentaires affirment même que c'est l'une des raisons pour quoi, malgré la qualité du contenu produit dans la province, ils préfèrent regarder les productions anglophones, ou issues d'autre plateforme telles que YouTube et les séries Web. 

La diversité de représentation de personnes LGBTQ+ a aussi été mentionnée comme manquante selon les téléspectateurs.

On comprend donc que même si c'est le public qui a voté pour ces nominations, un changement est demandé par celui-ci afin d'avoir accès à du divertissement qui représente la population de manière inclusive.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter