Ça fait des mois que le gouvernement le dit, la situation de la COVID-19 au Québec est difficile. Par contre, ce n'est pas parce que François Legault le répète souvent qu'il a de la facilité à le dire. 

En point de presse ce vendredi 11 décembre, le premier ministre s'est présenté aux côtés du ministre Christian Dubé pour faire le bilan de la session parlementaire qui vient de se terminer. 

M. Legault a aussi fait le point sur la pandémie dans la province et c'est à ce moment que sa langue a fourché. 

En affirmant que la « situation reste difficile », on entend plutôt « di-cile ». 

« Ça a l'air que j'ai de la misère à dire ce mot-là. C'est ça que mon épouse m'a dit », a-t-il dit en riant. 

Pour ceux qui ne l'auraient jamais entendu auparavant, il est vrai que François Legault a tendance à skipper quelques consonnes lorsqu'il dit le mot « difficile ». 

Il semblerait donc que même Isabelle Brais, la première dame du Québec, en ait fait la remarque à son mari.

Ce n'est pas la première fois que le chef politique se remet en question côté vocabulaire, en pleine conférence de presse. 

En octobre dernier, il s'était posé la question de français qu'on se demande tous : rouvrir ou réouvrir? 

Mis à part cet aparté, M. Legault a précisé que d'autres restrictions pourraient être imposées durant le temps des Fêtes, mais la décision finale sera annoncée en début de semaine prochaine.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications