Sign in
FR - Nouvelles

Olivier Primeau confie avoir reçu plusieurs centaines d'applications pour «l'offre à 5 $»

« Beachnews n'est pas mort, il va renaître de ses cendres. »
Olivier Primeau Beach News

« Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en. » Telle est la devise d’Olivier Primeau, l’entrepreneur derrière le Beachclub, la marque Beachday Everyday, le festival Metro Metro et le blogue Beachnews Everyday, pour n’en nommer que quelques-uns. 

Le 29 janvier, l’homme d’affaires aux 704 000 abonnées Instagram s’est retrouvé au cœur d’une controverse « à 5 piasse » suite au partage d’une offre d’emploi pour son blogue qui a fortement fait réagir le milieu journalistique québécois :

« Si tu as de l’expérience en rédaction, une excellente maîtrise du français et que tu es disponible pour écrire au moins un article par jour, ce side-line est pour toi. 5 $ chaque chronique ! » pouvait-on lire sur la publication diffusée sur la page Facebook d’Olivier Primeau.

Une semaine plus tard, Primeau revient sur cette histoire dans une entrevue avec Narcity.

Que se passe-t-il avec l'offre d'Olivier Primeau?

Olivier Primeau | Facebook

Bien qu'elle ait fait grandement réagir, l'offre a quand même intéressé des centaines et des centaines de personnes, soit plus de 600, pour être plus précis, raconte Primeau.

Il ajoute même qu'il n'a reçu aucune démission de ses pigistes actuels, et que ces derniers ont même proposé de l'appuyer publiquement, parce qu'ils aiment leur travail. 

« C'est sûr que notre post était très malhabile, comment c'était écrit, c'était épouvantable. Mais je pense que la frustration principale a été qu'on reprend des nouvelles et qu'on les source, et non le 5 $ parce que de la manière dont on écrit nos articles, on peut parler de 20 $ par heure. »

« Nous, on prend une vidéo ou un article, on écrit quelques phrases, on link la source et on dit aux gens : si vous voulez en avoir plus, allez voir la source. »

Beachnews Everyday

La capture d'écran ci-haut montre la manière de faire de Beachnews Everyday. 

Malgré tout, il confirme qu'il n'a pas engagé de nouveau pigiste pour l'instant parce qu'il repense son modèle d'affaires. 

Que se passe-t-il avec Beachnews Everyday?

Pour l'instant, tout a été mis sur pause, raconte l'entrepreneur. Il explique qu'il aimait mieux prendre du recul et penser à son modèle d'affaires. 

« Je ne fais pas des millions avec ça, tout le monde le sait. Je le fais pour la visibilité. Je vais le redire : oui, on fait partie du problème, mais non, on n'est pas le problème. Ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas le régler. Peut-être que je devrais montrer l'exemple parce que je suis une personnalité publique, je suis là-dessus avec mon modèle d'affaires. »

Ce qu'il trouve particulièrement difficile dans cette situation, c'est qu'il a l'impression que plusieurs personnes se sont arrêtées au fameux 5 $ sans connaître le style de publications de son site : 

« La réécriture qui crédite les autres sites, c'est la réalité des nouveaux médias. Notre modèle est inspiré de Barstool. On paye ce que la concurrence paye environ pour ce genre de truc. (...) Il n'y a personne qui paye 80 $ pour un article du genre dans l'industrie. Mais fait moi un article recherché sur Beachnews, je vais te le payer ton 80 $, mais c'est pas ça notre média, c'est pas des articles de recherche qu'on publie.

Il y a plein de médias qui ne payent pas un sou non plus ou qui ne font que des échanges avec les rédacteurs. Je ne veux pas nommer personne, je sais que Beachnews fait partie du problème, mais on n'est pas le problème. »

Est-ce que ça pourrait être la fin pour Beachnews Everyday?

Le 29 janvier, Primeau a confié au journal Le Devoir qu'il devait réfléchir à tout ça : « M. Primeau dit réfléchir à l’avenir de son blogue qu'il compte mettre sur pause quelques jours, voire quelques mois. Il envisage même de le fermer.  »

Une semaine plus tard, Primeau confirme sans hésitation que, dans tous les cas, ce n'est pas la fin du blogue qu'il a mis sur pause depuis que la controverse a éclaté : 

« Beachnews n'est pas mort, il va renaître de ses cendres. Comment? Je ne le sais pas encore. (...) Ça va se régler rapidement. Maximum deux ou trois semaines. »

Ce n'est pas juste à OD qu'il y a de la bisbille, à l'Assemblée nationale aussi et ça fait jaser. Après avoir traité Gabriel Nadeau-Dubois de « woke », François Legault a tenu à donner sa définition de ce terme.

On a d'ailleurs comparé son interprétation de ce mot avec la définition de l'Office québécois de la langue française (OQLF) et plusieurs remarqueront qu'il y a quelques différences.

Continuer à lire Show less

C'est fini les Team Pfizer ou Team Moderna! Santé Canada a annoncé ce 16 septembre que les vaccins contre la COVID-19 ont changé de nom au pays et il faut avouer qu'ils sont assez surprenants.

Pfizer-BioNTech deviendra Comirnaty, Moderna s'appellera désormais Spikevax et AstraZeneca sera maintenant nommé Vaxzevria.

Continuer à lire Show less

Les épices de latte à la citrouille parfument l'air, la mijoteuse est sortie et la brise fraîche du matin te rafraîchit les narines : oui, ça sent l'automne. Les paysages verdoyants se transforment tranquillement pour revêtir leurs teintes chaleureuses et une carte des plus belles couleurs de l'automne au Québec te permet de ne rien rater de ce spectacle bucolique.

La saison des couleurs n'arrive pas du jour au lendemain ni partout en même temps dans la province, alors c'est pratique de savoir où elles sont à leur apogée pour pouvoir en profiter au maximum lors de ton prochain road trip.

Continuer à lire Show less