Sign in
FR - Nouvelles

Voici pourquoi tu ne verras plus de publicités du gouvernement du Québec sur Facebook

François Legault en a assez des propos haineux sur le réseau social.

François Legault a dénoncé le manque d'encadrement du populaire réseau social ce 3 juillet en fin de journée. Il a d'ailleurs annoncé que le gouvernement du Québec suspend toutes les publicités gouvernementales sur Facebook durant la totalité du mois de juillet. 

Cette décision, annoncée vendredi dans un communiqué, prend place immédiatement et s'adresse à tous les ministères et organismes gouvernementaux. 

L’initiative vise d'ailleurs à faire pression sur le pionnier des réseaux sociaux afin que celui-ci encadre mieux les messages qu’on lui reproche de partager.

Notre gouvernement se joint au mouvement lancé pour dénoncer les messages et propos à caractère raciste, haineux et discriminatoire qui circulent abondamment sur Facebook. Le mouvement mondial #StopHateForProfit encourage les différentes entreprises internationales à suspendre leurs placements publicitaires. 

« Par ce geste, nous voulons démontrer toute l'importance que notre gouvernement accorde à la lutte contre le racisme ainsi qu'à l'accès à une information juste et de qualité », indique le PM dans une publication sur ledit réseau social.

François Legault, qui a lui-même exigé que le gouvernement prenne cette mesure, en a assez de ce type de message qui abonde sur sa page Facebook et juge le tout comme inacceptable. 

Avec sa publication Facebook, Legault invite les sociétés d'État à appuyer le mouvement. 

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'il dénonce des commentaires haineux, racistes et discriminatoires. 

Lululemon, le Mouvement Desjardins, Air Canada, la Banque Nationale et la Banque Laurentienne ont également suspendu leurs publicités sur Facebook jusqu’à la fin du mois, tout comme plusieurs autres entreprises canadiennes.

Le mouvement international a déjà rejoint plus de 500 organisations et multinationales comme Coca-Cola, Adidas, Starbucks, Ford et Unilever. 

Le Devoir souligne que Facebook a tout de même soutenu avoir pris des mesures pour contrer le racisme sur ses plateformes, plus tôt cette semaine, telles l'utilisation de l'intelligence artificielle pour cibler et effacer les discours haineux et la suppression de 250 organisations suprémacistes blanches de Facebook et Instagram. 

Le mouvement #StopHateForProfit a connu son coup d'envoi le 17 juin et ne cesse de prendre de l'ampleur. 

Il ne sera pas surprenant de voir d'autres compagnies québécoises ou canadiennes se rallier à la cause dans les prochains jours.