Affaire Jérémy Gabriel et Mike Ward : la Cour suprême du Canada donne raison à l'humoriste

Une victoire très serrée à 5 contre 4.

Cheffe de division, Narcity Québec
Affaire Jérémy Gabriel et Mike Ward : la Cour suprême du Canada donne raison à l'humoriste

Après une dizaine d'années de saga judiciaire, c'est ce vendredi 29 octobre que la Cour suprême du Canada a rendu sa décision pour l'affaire opposant Mike Ward et Jérémy Gabriel : l'humoriste, qui invoquait la liberté d'expression, a gagné sa cause et n'aura pas à verser les 35 000 $ que le Tribunal des droits de la personne l'avait condamné à payer.

C'est une décision très partagée alors que c'est cinq juges sur neuf qui ont donné raison à Mike Ward. Selon leur jugement, l'humoriste n'aurait pas choisi de se moquer du jeune chanteur sur la base de son handicap, étant atteint du syndrome de Treacher-Collins, mais plutôt sur celle de sa notoriété, tout comme il se moque de plusieurs vedettes pendant ses spectacles.

« Situés dans leur contexte, ses propos ne peuvent être pris au premier degré. Bien que M. Ward prononce des méchancetés et des propos honteux liés au handicap de M. Gabriel, ses propos n'incitent pas l'auditoire à traiter celui-ci comme un être inférieur. » peut-on lire dans la décision.

Les blagues ayant fait réagir, racontées à environ 230 reprises sur une période de trois ans, ne sont donc pas considérées comme de la discrimination au regard de la Charte québécoise des droits et libertés. « Le recours en discrimination n'est pas, et ne doit pas devenir, un recours en diffamation. M. Gabriel aurait pu intenter une action en diffamation. »

« Bien que M. Ward prononce des méchancetés et des propos honteux liés au handicap de M. Gabriel, ses propos n'incitent pas l'auditoire à traiter celui-ci comme un être inférieur. […] Situés dans leur contexte, ses propos ne peuvent être pris au premier degré », a conclu la Cour suprême, rapporte La Presse.

Rappelons que Mike Ward avait tenu des propos controversés à l'encontre du jeune chanteur Jérémy Gabriel, surnommé « le petit Jérémy » à l'époque, lors de son spectacle Mike Ward s'expose présenté de 2010 à 2013. Il s'était notamment moqué de sa prestation devant le pape Benoit XVI, à Rome, et avait ri de sa malformation physique, soit des déformations à la tête et une surdité sévère, en le traitant de « laitte » et disant qu'il avait l'air d'avoir « comme un subwoofer sur la tête ». Dans le même spectacle, il l'avait caractérisé de « pas tuable » alors qu'il expliquait qu'il avait été empathique envers lui parce qu'il le croyait mourant.

Suite aux accusations de Jérémy Gabriel et à sa condamnation par le Tribunal des droits de la personne, Ward avait reçu une vague de soutien de la part de ses collègues humoristes qui allaient à la défense de la liberté d'expression en humour.

Suite à la décision de la Cour d'appel du Québec dans le procès impliquant Jérémy Gabriel et Mike Ward, ce dernier a continué de maintenir son point, et affirme même son désir d'aller devant la Cour suprême du Canada. Prenant en quelque sorte le rôle de porte-parole de la liberté d'expression en humour, l'artiste a profité de sa tribune lorsqu'il a remporté l'Olivier de l'année 2019 pour faire valoir ses convictions et comme c'était à prévoir, le discours de Mike Ward au Gala Les Olivier sème la controverse.

En effet, le 8 décembre 2019 avait lieu la 21e édition du Gala Les Olivier, qui honore l'excellence de l'humour au Québec.

Continuer à lire Show less