Sign in

François Legault n’est pas passé par quatre chemins, alors qu’il affirme que les mesures sanitaires actuelles pour juguler la propagation de la COVID-19 au Québec sont moins pires qu’en temps de guerre.

Le premier ministre a tenu ces propos lors d’un point de presse entourant les dernières mises à jour sur la COVID-19 au Québec.

François Legault arborait d’ailleurs le coquelicot, symbole de commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, fin de la Première Guerre mondiale.

La sélection de l'éditeur: L'Instagram de Geneviève Guilbault montre à quel point elle est une totale « girlboss »

C’était pas mal plus demandant que ce qu’on a actuellement.


François Legault, premier ministre du Québec

En soulignant les « sacrifices » que le gouvernement demande actuellement aux citoyens, donnant en exemple la fermeture des théâtres, des bars et des gyms, le premier ministre a tenu à rappeler un fait aux Québécois et aux Québécoises.

« Il faut peut-être se rappeler les sacrifices que l’on a demandés aux générations précédentes pour protéger nos droits et nos démocraties », dit-il, en faisant référence à la Première et à la Seconde Guerre mondiale

« C’est peut-être une bonne chose de profiter de l’occasion pour s’en souvenir », ajoute-t-il.

Concernant la fermeture des restaurants et des centres de conditionnement physique, M. Legault précise que, « actuellement, on n’a pas le choix ».

« Si on ne veut pas voir une explosion [de cas], il faut prévenir », souligne-t-il.

François Legault rappelle aussi que les Québécois et Québécoises pourraient recevoir une amende allant jusqu’à 6 000 $ en zone rouge, s’ils vont dans des lieux interdits.