Connexion
FR - Nouvelles

Un médecin montréalais explique ce que tu dois savoir sur la seconde vague au Québec

Est-ce que ce sera pire que la première? 😮
La seconde vague au Québec va amener de nouveaux défis selon un expert

Maintenant que le Québec entre dans la seconde vague de COVID-19, plusieurs se demandent ce qu'on a appris et retenu du printemps dernier et ce que le gouvernement prévoit pour la suite.

L'équipe de MTL Blog s'est entretenue avec le Dr Matthew Oughton, directeur du Programme de formation sur les maladies infectieuses du Collège Royal au Centre universitaire de santé McGill pour en savoir plus sur les acquis de la première vague sur la deuxième. 

« Nous sommes passés à travers la première vague avec peu de connaissances. Il faut maintenant utiliser les connaissances qu'on a apprises et les appliquer pour mieux avancer », nous a-t-il mentionné.

« Ce n'est peut-être pas encore parfait, mais on en sait plus qu'on en savait auparavant. »

Les questions et réponses ci-bas ont été légèrement reformulées de l'anglais pour une meilleure compréhension.

La sélection de l'éditeur : Le Canada a plus de 1 000 nouveaux cas de COVID-19 et près de 45 % sont au Québec

Qu'est-ce que le gouvernement a fait de bien pour se préparer à la deuxième vague? 

Le Québec a relativement bien préparé les hôpitaux comparé aux autres provinces.

Malheureusement, on ne peut pas dire la même chose des CHSLD qui, je crois, ont servi d'expérience d'apprentissage au gouvernement. Je suis tout de même assez impressionné du travail qu'ils ont fait pour combler le manque de personnel dans ces établissements.

Je suis également plutôt impressionné par le fait que le gouvernement ait prévu de faire 14 000 tests par jour et a récemment doublé ce chiffre.

Lorsque « l'ennemi » est invisible et hautement transmissible, c'est la mesure la plus efficace.

J'ai aussi beaucoup aimé le système de zones de couleur. C'est un bon moyen de communiquer de manière rapide et facile à comprendre. Et j'applaudis l'idée d'appliquer les zones à différentes régions. Chaque communauté compte des risques différents.

Qu'est-ce que le gouvernement n'a pas fait correctement? 

Même si l'idée de ce système à quatre paliers est claire et praticable, ce qu'impliquent exactement chaque zone et les critères pour passer d'une à l'autre ne sont pas aussi claires.

Comment et qu'est-ce que ça prendrait pour qu'une région en orange revienne au jaune ou passe au rouge?

C'est un système arbitraire. Ce n'est pas exagéré de demander que ces choses soient rendues explicites et transparentes avec des valeurs et des mesures.

Le Québec connaît également des problèmes en ce qui a trait au traçage des contacts, en particulier chez les plus jeunes.

Il y a six semaines, le gouvernement provincial a déclaré qu'il ne voulait pas utiliser l'application de traçage du gouvernement fédéral en raison du faible nombre de cas et de la confidentialité.

Ils ont dit qu'ils reconsidéreraient leur décision. Si ce n'est pas maintenant, ce sera quand?

Combien de temps, selon vous, va durer la seconde vague? Est-ce que ce sera pire que la première?

Il n'y a pas de définition claire de ce qu'est réellement une « vague ».

Il serait plus prudent de dire, qu'en général, les pandémies ont toujours plusieurs vagues. À part cela, il est trop difficile de prédire l'importance de la courbe.

Elle pourrait être plus grosse, mais il y a eu des pandémies où la deuxième vague était plus petite que la première.

Il y a trop de facteurs qui entrent en jeu.

C'est comme un océan : à certains endroits, les eaux sont calmes, à d'autres, elles peuvent être rocheuses avec des vagues.

Il faut rappeler qu'on n'a pas vécu la COVID-19 en hiver. Ça risque d'être différent pendant les saisons plus froides et plus sèches alors qu'on tousse et éternue naturellement plus fréquemment. On peut s'attendre à une hausse de transmission.

Est-ce qu'on doit s'attendre à une troisième vague? Comment les citoyens peuvent-ils se préparer?

Notre rôle important, c'est de tout faire pour prendre soin de nous-mêmes et des autres : pratiquer la distanciation physique, porter un masque, se laver les mains, etc.

Et le vaccin contre la grippe sera aussi un avantage majeur.

Les autorités s'inquiètent d'une pandémie jumelle — la COVID-19 et la grippe qui occuperaient des lits d'hôpitaux et des ventilateurs en même temps, créant davantage de pénuries.

Si on veut garder le contrôle dès maintenant, on doit utiliser toutes les ressources disponibles.

Le truc c'est de surveiller les choses de près pour être capable d'agir rapidement.

Cet article traduit de l'anglais a initialement été publié sur MTL Blog.

VIDÉO POPULAIRE Le gouvernement demande aux Québecois d'éviter les contacts sociaux

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Violence par armes à feu : « Montréal n’est pas sécuritaire » selon cette criminologue

« Actuellement, on peut le dire, on a, à Montréal, une guerre de gangs ».

Les jours se suivent et se ressemblent dans la région métropolitaine, alors que les fusillades se font fréquentes. Or, avec cette montée de la violence par armes à feu dans les rues, «Montréal n'est pas sécuritaire » selon la criminologue et sociologue Maria Mourani, créatrice de la première firme privée de criminologie au Québec.

« Actuellement, on peut le dire, on a à Montréal une guerre de gangs », lance d'emblée Mme Mourani en entrevue avec Narcity, qui avance qu'un début d'émergence est survenu dès l'automne 2020. « Ça s'est accentué cet été », a-t-elle poursuivi.

Continuer à lire Show less

La pluie et le tonnerre sont comme la coriandre : soit tu aimes, soit tu détestes. La grande région de Montréal a été frappée de plein fouet par de forts orages et éclairs, réveillant ainsi la population. Plusieurs personnes n'ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, faute d'un sommeil interrompu.

Vers 5 h 30, des orages violents ont servi de réveil-matin à plusieurs Québécois et Québécoises, tant à Montréal que dans les régions périphériques. Selon MétéoMédia, ils continueront toute la journée jusqu'en fin d'après-midi et ce, sur tout le sud du Québec et les secteurs longeant le fleuve Saint-Laurent.

Continuer à lire Show less

Une quatrième vague pèse sur la Belle Province. Le nombre de cas de COVID-19 augmente de jour en jour et la propagation du variant Delta au Québec inquiète de plus en plus les autorités. D'ailleurs, certaines régions ont rapporté plus de cas de ce variant que les autres selon la dernière mise à jour de l'Institut national de la santé publique (INSPQ), ce mardi 17 août.

« La tendance à la hausse des cas se poursuit au Québec. Nous continuons de suivre la situation de près. La 4e vague et le variant Delta frapperont chez les non-vaccinés et mettent tout le monde à risque », avait indiqué le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le 6 août dernier, sur Twitter.

Continuer à lire Show less

Alors qu'ils étaient des milliers à manifester, ce 14 août, contre le passeport vaccinal, la nouvelle publicité du gouvernement à ce sujet fait réagir sur les réseaux sociaux.

La vidéo qui est rendue virale, montre deux jeunes adultes qui se retrouvent au Riverside à Montréal, pour boire un verre. À l'entrée, la femme n'étant pas vaccinée se prend une vitre l'empêchant d'aller plus loin. « N'attendez pas de frapper un mur. Faites-vous vacciner » est-il ensuite écrit.

Continuer à lire Show less