Après avoir été les premiers à fermer, et les derniers à rouvrir, les bars du Québec ont finalement pu revoir leurs clients en juin dernier, en respectant de nouvelles règles strictes, dont la réduction des heures d'ouverture.

Par contre, il semblerait que certains établissements ont trouvé un moyen de rester ouverts jusqu'au petit matin. 

Malgré que plusieurs bars aient été liés à des foyers d'éclosions de COVID-19, les propriétaires de commerces tentent tant bien que mal de respecter les mesures instaurées depuis leur réouverture. 

La sélection de l'éditeur : De puissants orages avec un risque de tornades vont balayer le Québec aujourd'hui

Selon les consignes de la santé publique de la province, « les bars doivent cesser de vendre des boissons alcooliques à minuit au lieu de 3 heures du matin. La clientèle doit également avoir quitté le bar au plus tard à 1 heure du matin. »

On remarque toutefois à quelques endroits que la fermeture se fait encore à 3 h 00 quelques journées par semaine. 

Par exemple, le Miss Villeray a annoncé sur Facebook ce mardi, « un léger retour vers la normale en ouvrant jusqu’à 3h ce jeudi jusqu’à dimanche ». 

L'Abreuvoir, toujours dans la métropole, offre à ses clients de veiller plus tard les vendredis et samedis depuis juillet dernier. 

Le Bar Palco, lui, c'est tous les jours qu'il est ouvert plus tard.

Il ne s'agit ici que de quelques exemples, mais ce qui explique ces fermetures tardives, c'est en fait un décret du ministère de la Santé et des Services sociaux en vigueur depuis le 10 juillet dernier. 

Celui-ci spécifie : « qu'un permis de bar ne [peut] être exploité que de huit heures à minuit, dans les pièces et les terrasses qui y sont indiquées, sauf si le titulaire de ce permis ne vend des boissons alcooliques pour consommation sur place qu’à l’occasion d’un repas ».

En d'autres mots, à partir de minuit, pour pouvoir continuer ta soirée jusqu'à 3 h du matin, tu dois commander un repas.

Le Bar Palco a précisé le tout sur sa page Facebook en indiquant: « Nous sommes en droit de servir de l'alcool sur notre permis de restaurant tant et aussi longtemps que les gens prennent un repas à consommer et qu'ils sont assis à une table. »

La Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJ) ajoute qu'un repas est défini comme un « ensemble d’aliments suffisants pour constituer le déjeuner ou le dîner d’une personne ».

Donc ça ne peut pas être juste du popcorn, par exemple.

À noter que les autres mesures sanitaires doivent toujours être respectées.

On compte parmi celles-ci entre autres la capacité maximale à l'intérieur et sur les terrasses qui est réduite à 50 %, l'interdiction de danse, la distanciation physique de deux mètres et le port du masque lors des déplacements. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications