Alors que le mouvement antiraciste continue de prendre de l'ampleur ici comme ailleurs, les symboles considérés comme racistes sont dans la mire des protestataires. Certains sont sans ambiguïté et le SPVM est intervenu cette fin de semaine après qu'un drapeau nazi ait été aperçu dans la fenêtre d'un appartement à Montréal.

C'est en milieu de journée, ce dimanche 14 juin, que Christopher Curtis, journaliste au quotidien anglophone The Gazette, a partagé la photo du drapeau accroché dans la fenêtre d'un logement de la rue Adam, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

On y voit le drapeau rouge et blanc affublé de la croix gammée à côté de celui des États-Unis.

La présence de ce symbole a suscité l'inquiétude chez les résidents du quartier, qui ont exprimé leurs craintes sur les réseaux sociaux.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est intervenu en début d'après-midi à la suite d'une plainte d'un voisin. Sur place, les policiers ont demandé au responsable des lieux de retirer le drapeau et celui-ci a collaboré, a expliqué à Narcity la porte-parole du service, Véronique Comtois.

Mme Comtois précise toutefois que la personne rencontrée par les policiers n'est peut-être pas celle qui a mis en place le drapeau.

« Un rapport a été rédigé et il y aura une enquête pour savoir qui a posé le drapeau et les intentions qui étaient derrière l'affichage de ce symbole », nous dit-elle.

La porte-parole n'a pu affirmer si le seul affichage du drapeau nazi constituait une infraction criminelle, affirmant que plusieurs facteurs entreraient en compte lors de l'enquête.

Selon le Code criminel du Canada, une personne peut être reconnue coupable d'un acte criminel si « par la communication de déclarations en un endroit public, [elle] incite à la haine contre un groupe identifiable [et] lorsqu'une telle incitation est susceptible d'entraîner une violation de la paix ».

Sur Twitter, le maire d'Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais, a réagi à l'incident.

« Le racisme n'a pas sa place dans notre communauté », a-t-il affirmé.

« Nous sommes tous montréalais.es. »

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter