Ce vendredi, le Dr Horacio Arruda a tenu une conférence de presse pour faire le point sur la pandémie dans la province. Alors qu'il a rappelé à la population de porter un masque ou un couvre-visage pour se protéger, il semblerait qu'un rappel de porter un condom serait aussi de mise. On a appris que les infections transmises sexuellement ont augmenté au Québec depuis le déconfinement. 

Le point de presse se tenant à Longueuil en après-midi, M. Arruda était accompagné de la Dre Julie Loslier, directrice régionale de la santé publique de la Montérégie. 

C'est d'ailleurs celle-ci qui a mentionné au passage qu'avec l'arrivée de l'été, les Québécois devront continuer de se protéger contre la COVID-19, mais aussi contre les autres infections, comme la maladie de Lyme et surtout les ITSS.  

« Il y a plusieurs autres maladies, infections, importantes qui sont à surveiller. [...] On a vu dans les dernières semaines une hausse de nos taux d'infections transmissibles sexuellement. »

En période de questions, Mme Loslier a répondu à ce sujet que ce serait depuis le déconfinement au Québec que les autorités ont remarqué cette augmentation de déclarations. 

« Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il y a certaines des infections transmissibles sexuellement qui sont déclarées à la santé publique, [...] et effectivement depuis le déconfinement, on a vu une recrudescence de ces déclarations-là », a-t-elle souligné.

 

La médecin émet par contre une nuance en mentionnant qu'une des raisons expliquant cette situation pourrait être la variation du nombre de personnes testées.

« Maintenant ce qu'il faut savoir c'est est-ce que les gens se sont faits moins testés pendant la pandémie? C'est possible que les gens aillent plus se faire tester en post-pandémie », a-t-elle affirmé.

Toutefois, Julie Loslier n'écarte pas que le déconfinement a pu avoir un rôle à jouer dans tout ça. 

« C'est pas impossible aussi que le déconfinement ait occasionné certains contacts qui ne sont pas toujours à deux mètres. Donc, on peut penser effectivement que le déconfinement est une des sources de hausses de ces infections transmissibles. »

Aucun chiffre précis à ce propos n'a été divulgué pendant le point de presse, mais la santé publique tient un registre des maladies à déclaration obligatoire, qui compte entre autres la Syphilis et l'infection à Chlamydia. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications