Malgré la demande du gouvernement du Québec de ne pas se rassembler, COVID-19 oblige, plusieurs récalcitrants choisissent d'aller à l’encontre des règles et de prendre le risque de se faire dénoncer. D'ailleurs, Narcity Québec a appris en exclusivité que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a reçu plus de 14 000 plaintes depuis le 1er avril.

Les données ont été récoltées auprès du SPVM à la suite d’une demande d’accès à l’information, selon la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

La sélection de l'éditeur : Un recours collectif contre Canada Dry est autorisé et tu peux réclamer de l'argent

14 198

dénonciations au SPVM entre le 1er avril et le 7 novembre 2020

Le nombre de plaintes comprend les appels au 911 et les dénonciations en ligne pour des rassemblements extérieurs et intérieurs, précise le SPVM.

En revanche, ce total d’appels concerne autant les plaintes fondées que non fondées.

En analysant les données du 1er avril au 7 juin, il semble que les appels aux forces de l’ordre survenaient le plus souvent les fins de semaine.

Le mois dernier, un livreur d’un restaurant populaire de Montréal avait effectivement mentionné à Narcity Québec qu’il pouvait être témoin de rassemblements illégaux intérieurs jusqu’à trois fois les vendredis et les samedis soir.

Entre le 12 mars et le 1er novembre, ce sont 2 014 constats d’infractions et 1 168 rapports d’infraction généraux qui ont été émis sur le territoire montréalais.

Le SPVM ne détient pas la valeur totale de ces quelque 3 182 infractions, mais toute personne ou entité allant à l’encontre de la Loi sur la santé publique est passible d’une amende de 1 000 $ à 6 000 $. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications