Mobile sign in image
Sign in

Ce vendredi 19 février, on apprend qu'un assouplissement de l'interdiction de visiteurs dans les domiciles privés sera en vigueur pour la semaine de relâche. 

Après que des avis et recommandations de la Santé publique aient été rendus publics plus tôt ce vendredi, le ministère de la Santé et des Services sociaux a confirmé à Narcity qu'un léger changement, qui n'a pas été annoncé, sera apporté quant aux rassemblements privés. 

La sélection de l'éditeur : Le gagnant de Big Brother Québec 2010 donne son honnête opinion sur Big Brother Célébrités

26 février entrée en vigueur des assouplissements pour la relâche

« En effet, pour la semaine de relâche, quant aux rassemblements dans les domiciles privés, ce qui est permis est une personne seule, avec ses enfants s’il y a lieu, qui pourra se joindre à une autre adresse et former un groupe stable », affirme le MSSS. 

Dans le document de la Santé publique datant du 16 février, on peut lire que cet assouplissement sera permis à compter du 26 février, et ce, en zone rouge et orange

Par contre, il était précisé qu'il ne devait pas être annoncé en même temps que les autres allègements pour la relâche scolaire. 

Le MSSS affirme que cette décision a été prise « afin de réduire l’isolement, les problèmes de santé mentale et faciliter le gardiennage des enfants pour les familles monoparentales ».

À noter que jusqu'à maintenant, les visiteurs d'une autre adresse étaient interdits, sauf pour recevoir un soutien ou un service. Pour les personnes seules, c'était seulement un autre visiteur vivant seul aussi qui était permis.

Avec ce changement, on comprend que, pour la semaine de relâche, la situation revient un peu comme elle l'était aux Fêtes

Une personne seule pourra être reçue par les occupants d'une seule autre résidence privée. Par exemple, un étudiant qui vit seul pourra retourner dans sa famille. 

De fausses applications du passeport vaccinal disponibles sur Google Play au Québec

Le gouvernement demande aux Québécois d'être vigilants.

Si tu possèdes un Android, tu devrais faire attention avant de télécharger ton code QR sur ton cellulaire puisque de fausses applications du passeport vaccinal ont été approuvées au téléchargement sur Google Play au Québec ces derniers jours et le ministère de la Santé et des Services sociaux lance un appel à la vigilance.

« Selon les informations reçues, des personnes auraient copié le visuel développé pour l'application VaxiCode et auraient réussi à faire approuver ces fausses applications pour téléchargement sur Google Play. Dès que le MSSS a été mis au fait de cette situation, des démarches ont été faites auprès de Google afin de faire retirer les fausses applications dans les plus brefs délais », a indiqué le gouvernement dans un communiqué de presse du 24 septembre.

Continuer à lire Show less

Le passeport vaccinal est entré en vigueur ce 1er septembre et la période de 15 jours pour laisser les Québécois.es s'adapter à cette nouvelle mesure est bel et bien révolue. Pour s'assurer que le code QR est demandé et utilisé dans les lieux réglementés, les services de police du Québec participeront à « l'Opération Passeport » jusqu'au 1er novembre partout dans la Belle Province.

Les policier.es seront donc présent.es sur les lieux où le passeport vaccinal est de rigueur, en civil ou en uniforme, afin d'opérer des inspections auprès des commerçant.es, mais aussi auprès de la clientèle, est-il indiqué dans un communiqué de la ville du Service de Police de la Ville de Lévis du 17 septembre.

Continuer à lire Show less

La quatrième vague de COVID-19 se confirme au jour le jour au Québec, alors que les autorités sanitaires rapportent quotidiennement des chiffres élevés. Dans les dernières 24 heures, 879 nouvelles infections ont été dénombrées et certaines régions sont plus touchées que d'autres.

C'est ce qui ressort des plus récentes données ouvertes du ministère de la Santé et des Services sociaux publiées ce vendredi 10 septembre. Trois régions sont particulièrement frappées et elles sont toutes dans la région métropolitaine, soit Montréal, Laval et la Montérégie.

Continuer à lire Show less

Tous ces employés de la santé au Québec devront être vaccinés pour éviter une suspension

La liste ne s'arrête pas aux médecins, infirmières et infirmiers.

Le gouvernement du Québec en avait glissé un mot à la population en août dernier, mais c'est maintenant confirmé que les travailleur.euses de la santé de la province devront obligatoirement être vacciné.es d'ici le 15 octobre. Une liste d'emploi et d'établissements touchés a d'ailleurs été révélée.

Ce mardi 7 septembre, le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé l'a dit en conférence de presse, le réseau de santé est sous une pression « très grande » et « on ne peut pas accepter que des travailleurs mettent des personnes vulnérables à risque ».

Continuer à lire Show less