Connexion
FR - Nouvelles

Ce Québécois s'enchaîne devant TVA pour dénoncer l'interdiction du karaoké

Le « King du karaoké » veut plaider sa cause à Denis Lévesque!
Karaoké interdit au Québec: Ce Québécois s'enchaîne devant TVA pour revendiquer sa cause

Cette semaine, les fans de karaoké du Québec ont dû cesser de chanter alors que cette activité a été interdite dans les bars et les lieux publics fermés de la province.

Cette nouvelle en a révolté plusieurs, dont un Québécois qui s'est même enchaîné à un poteau devant les bureaux de TVA, ce jeudi 10 septembre, pour dénoncer la décision du gouvernement.

L'artiste Billy Karaoké, qui se décrit comme le « king du karaoké au Québec », est particulièrement connu sur les réseaux sociaux où il y partage son grand amour pour cet art. 

La sélection de l'éditeur : Ce que tu dois savoir sur les 10 nouveaux jours de congés payés au Québec

Après avoir organisé une manifestation pro-karaoké le week-end dernier, le chanteur de 30 ans a pris les grands moyens pour faire entendre sa cause : revendiquer une entrevue avec Denis Lévesque. 

Selon ce que Billy Karaoké raconte à Narcity, il est resté là pendant une bonne partie de l'après-midi, sans trop de réactions des passants.

« Personne ne réagissait vraiment. Il y a même un gars qui m'a jeté un peu de change parce qu'il pensait que j'étais un itinérant. J'ai chanté "Qui a le droit?" de Patrick Bruel comme chanson karaoké. Je pense que c'était à propos. »

Il explique qu'il trouve dommage que la province soit gérée « comme le prêtre gérait son village dans le film Footloose. » 

L'artiste ajoute: « Tous les bars et la grande communauté karaokéyenne paient pour une gang d'imbéciles qui n'ont pas fait attention un soir dans un bar à Québec. La karaoresponsabilité c'est important! »

Pour Billy Karaoké, Denis Lévesque est un monument et il aspire à se rendre sur son plateau pour être la voix de toute la « communauté karaokéyenne frustrée » en ce moment.

« Si on ne m’accorde pas dans les prochains jours cette entrevue avec Denis, je serai dans l’obligation d’utiliser d’autres moyens de pression karaokéyen afin d’obtenir une tribune digne de ce nom! », a-t-il écrit sur Instagram. 

Pour le moment, aucune entrevue avec l'animateur de TVA n'a été organisée. 

VIDÉO POPULAIRE La vente Ardène attire les foules à Montréal et l'attente est de 4h pour entrer

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

En plus d'avoir un garçon nommé Kyle qui approche les 10 ans, de lui faire l'école à la maison et d'avoir sa propre compagnie de vêtements, Jade Lavoie fait aussi carrière sur OnlyFans ainsi que sur d'autres plateformes similaires en tant que créatrice de contenu explicite.

Lors d'un entretien avec Narcity, Jade s'est confiée sur la conciliation entre sa vie familiale et son rôle de travailleuse du X. L'influenceuse et entrepreneuse nous explique même comment elle a abordé le métier qu'elle pratique avec son enfant.

Continuer à lire Show less

Le dimanche 12 septembre, l'ancienne participante d'OD Bali, Shanie Blais, a dansé sur la scène des MTV Video Music Awards (VMAs) aux côtés de la chanteuse des succès good 4 u et drivers license, Olivia Rodrigo.

Après avoir travaillé sur le vidéoclip de la chanson Build a Bit*h de la tiktokeuse populaire Bella Poarch, sur la tournée de Marie-Mai, pour Camila Cabello, avec le chorégraphe Tim Milgram et plusieurs autres, Shanie détient une carrière prometteuse et déjà très accomplie dans le milieu de la danse.

Continuer à lire Show less

Dans le cadre d'une entrevue avec le magazine 7 jours, Marilou Bourdon de Trois fois par jour s'est confiée sur sa carrière de chanteuse et le traumatisme qu'elle a vécu à ses débuts.

Alors qu'elle a consacré ses dernières années à la cuisine, son rôle de mère ainsi que la télévision avec son émission Trois fois par jour & vous qui a débuté le 6 septembre 2021, Marilou raconte qu'elle a recommencé tranquillement la musique.

Continuer à lire Show less

Violence par armes à feu : « Montréal n’est pas sécuritaire » selon cette criminologue

« Actuellement, on peut le dire, on a, à Montréal, une guerre de gangs ».

Les jours se suivent et se ressemblent dans la région métropolitaine, alors que les fusillades se font fréquentes. Or, avec cette montée de la violence par armes à feu dans les rues, «Montréal n'est pas sécuritaire » selon la criminologue et sociologue Maria Mourani, créatrice de la première firme privée de criminologie au Québec.

« Actuellement, on peut le dire, on a à Montréal une guerre de gangs », lance d'emblée Mme Mourani en entrevue avec Narcity, qui avance qu'un début d'émergence est survenu dès l'automne 2020. « Ça s'est accentué cet été », a-t-elle poursuivi.

Continuer à lire Show less